ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
Bienvenue Sur le Blog de Guy Moreno
Guy MORENO, Fondateur de « MORENO INTERNATIONAL » (Avril 1965),
Société de Conseil de Direction Exécutive Search & Audit Humain & Organisation & Coaching & Gestion et développement de Carrière,
plus de 40 d’expérience…
Dernier article publié : "Né QUELQUE PART...ON CHOISIT PAS SES PARENTS"

MA MÈRE LA FRANCE COUPABLE DE CRIME CONTRE L'HUMANITÉ ?

Une fois de plus, la partie du peuple français qui vécut dans les territoires français d'Outre Mer et/ou d'Algérie (terre française de 1830-1962) se trouve stigmatisée  et insultée... Souvent  3 eme ou 4 eme génération, née de familles françaises, dont les origines régionales de la Métropole sont diverses, installées là-bas pour y exercer des activités sociales et professionnelles variées telles que fonctionnaires, ouvriers, employés, cadres d'entreprise, artisans, professions libérales, agriculteurs, viticulteurs... 90% d'entre nous n'étions pas là au titre de la "colonisation", mais parce que  nos familles avaient préféré venir faire leur vie sur des terres où l'on pouvait exprimer son esprit entrepreneur et pionnier et développer des talents cachés...

Ainsi donc lorsque les circonstances les conditions l'ont exigées, nos Élus/Dirigeants politiques sacrifiant aux enjeux politiques, les enjeux humains se sont souvent peu préoccupés des suites problématiques et malheureuses, voire dramatiques et traumatiques  pour ces "frères français" que l'on obligeait à quitter leur "terre natale et racines" avec une violence inouïe.. 

Le fait de donner l'indépendance à ces anciennes terres françaises est normale, si l'on tient compte de l'évolution des moeurs et du besoin de ces pays  de vouloir s'auto déterminer, mais l'art et la manière de le faire devrait gagner en élégance et en humanisme authentique. D'abord tutorer le pays pour qu'il soit bien gouverner, ensuite prévoir le transfert des ressortissants citoyens français obligés de s'exiler et abandonner biens et travail en  les indemnisant normalement et naturellement en faisant participer le pays  où une partie de sa vie fut faite... Ce ne fut pas le cas du tout et tous ces pays soi-disant, faisant partie de l'empire colonial de la France, se sont gorgés du "sang  et des ressources récupérées à bon compte" que nous avons laissées... Sans dédommagement , aucun... J'ai parfois le sentiment que nos Dirigeants Français qui ne s'arrêtent pas de donner des leçons de politique au monde et aux Américains en particulier, que l''Irak et les faux alibis qui ont prévalus à la guerre d'Irak, et qui est un échec totale en matière de liberté et de démocratie d'un pays occidental et plein de prétentions, n'ont guère fait mieux quand ils étaient présents dans ces pays dont je suis, nous sommes des "VICTIMES Expiatoires".

Et comme ça ne suffit pas  de délirer, un "petit irresponsable " qui prétend vouloir gouverner cette FRANCE,  se comporte d'ores et déjà  comme investi et parle au nom de la France... Non mais quelle prétention! Quelle inconséquence! Quelle manque totale de culture historique! Quelle impudence! 

Et puis quelle insulte , quelle injure faite à la mémoire de la France, à son histoire, à sa présence mondiale! Faut-il avoir honte d'être Français ? Faut-il avoir honte de notre Drapeau, de notre identité française? Suis-je moi-même enfant d'une France Barbare et criminelle? Mais où va-t-on ??

Ainsi fait la chanson"Né quelque part" de Maxime le Forestier  m'a rappelé  par la résonance de ses paroles qu'au-delà de tous les choix sur lesquels nous pouvons peser et qui nous font avancer, il en est un sur lequel nous n'avons aucune influence c'est celui de notre naissance et du lieu autant que celui de notre famille génitrice et/ou biologique.

Maxime Le Forestier chantait ainsi ce texte: "On choisit pas ses parents / on choisit pas sa famille / On choisit pas non plus / les trottoirs de Manille / De Paris ou d'Alger / Pour apprendre à marcher /  Être né quelque part / Être né quelque part / c'est toujours un hasard / y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passage/ Ils savent où sont leur nids, quand ils rentrent de voyage / ou qu'ils restent chez eux / Ils savent où sont leur oeufs/ être né quelque part /Être né quelque part / c'est partir quand on veut,/ Revenir quand on part / Est-ce que les gens naissent / Égaux en droits / A l'endroit / Où il naissent / Est-ce que les gens naissent Égaux en droits / A l'endroit / Où ils naissent / Que les gens naissent / Pareils ou pas/ On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille / On choisit pas non plus les trottoirs de Manille / De Paris ou d'Alger /Pour apprendre à marcher/ Je suis né quelque part /Je suis né quelque part / Laissez moi ce repère..."​

Mon Identité de Pied Noir Français Saccagée…Serai-je fils d’une Mère criminelle et barbare appelée France ??  Mes racines françaises issues de l’histoire de France et de mon histoire personnelle français d’Algérie rapatrié en France avec sa famille en septembre 1962, spoliés totalement de nos biens et métiers tremblent de désespoir, et me donnent le sentiment subit de porter et d’hériter injustement d’un « casier judiciaire lourd » et totalement ineffaçable, profondément inscrit dans mon marbre de Fils de France.

Cet événement récent m’a si affligé, même atterré qu’il a réveillé des douleurs enfouies depuis des années, et dont je voulais faire part à mes « frères » français au sein desquels, avec ma famille et mes amis de là-bas, nous avons essayé de nous intégrer au mieux, dignement et honorablement.
Emmanuel Macron, vous avez dit dans le cadre d’une interview avec un journaliste, lors de son voyage en Algérie, en vous autorisant à le faire au nom de la France, ce qui est également une FAUTE CONDAMNABLE, car vous n’y étiez pas avec mandat politique et diplomatique de représentation du gouvernement, sauf au titre de votre seule postulance de candidature et campagne aux prochaines présidentielles françaises »la colonisation est crime contre l’humanité,, c’est une barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et de ceux vers lesquels nous avons commis ces actes » (sic dixit).
Je suis saisi d’effroi et sidéré tout à la fois par l’irrespect, le manque de sens de l’honneur, l’inconséquence récurrente, l’indignité aussi, l’inconscience même, et cette science volontaire de la négation de notre histoire qui jaillissent des discours de ces prétendants à la fonction suprême de notre Pays, et qui n’ont la plupart du temps ni la maturité, ni la dimension humaine, ni la stature de CHEF D’ETAT.
C’est à ce niveau que l’on voit et discerne le HIATUS incommensurablement profond et important entre ce qu’ils sont et ce qu’ils prétendent devenir... Leur capacité à assumer et à assurer cette fonction institutionnelle, inscrite principalement et fondamentalement dans l’ »OBLIGATION & DEVOIR » est inversement proportionnelle au désir premier de plaire, de séduire, d’être aimé… Oui plutôt qu’épris de remplir cette fonction pour et dans la nécessité de garantir l’équilibre, la sûreté, la pérennité du bien commun , l’intérêt général et de l’unité du peuple quels que soient les situations, les circonstances, les conditions, les événements, ils se vautrent lamentablement et pathétiquement dans une conduite, une attitude, une posture irrévérencieuses, insultantes, outrageantes, blessantes vis-à-vis de la Fonction de Gouvernance , et de la France et des Français tout à la fois ! 
Bien entendu, pour justifier et se justifier de leur geste ignominieux envers notre Mère Patrie et leurs Frères français, ils se revendiquent de le faire au nom d’une prétendue volonté d’unité nationale et de restauration de notre honorabilité et dignité perdues grâce et/ou à cause d’une « invasion colonisatrice criminelle » de nos Pères/Ancêtres… Ils sont les imprécateurs de notre image, de la leur donc, aux yeux du monde. 
Pourquoi salir et (se) renier l’HISTOIRE qui fit de notre pays, une NATION HUMANISTE UNIVERSELLE ? 
Pied-Noir je suis né à Sidi Bel Abbés en février 1939, Algérie française à ce moment-là, ville berceau de la LÉGION ÉTRANGÈRE : j'étais dans ma famille l'ainé d'une quatrième génération... Ma famille installée en ORANIE (qui à Tlemcen, Lamoricière, Sidi bel abbés, Oran, Alger,) département français est française d'origine mais par le biais des mariages a des origines diverses qui me relient soit à la France de Pagnol, la Provence du côté maternel, et du côté paternel à l'Espagne, Mula, région de Murcie …. 
Monsieur le Ministre vous devriez consulter rapidement, car votre crise messianique et/ou christique vous emmène de plus en plus au délire... "je vous aime furieusement" disiez-vous à Toulon, puis vous dépassant, emporté par la fièvre de tribun instinctivement et présomptueusement vous preniez une posture Gaullienne ( pour éructer ce qu’il (le Général) m'a dit à moi étudiant pied noir à Alger en 58), oui, vous l'avez imité et comme lui les bras levés horizontalement vous nous avez fait le coup du "je vous ai compris"... Non mais tout est bon dans le cochon !!!
Peut-être devrait-on vous surnommer le « LUCKY LUKE de la MARONITUDE AIGUË » ? Car outre l’insulte Ignominieuse et impardonnable d’accusation de la colonisation en« crime contre l’humanité de la France » vous avez dès les premiers jours du quinquennat accusé d’ »illettrés » les employés de GAD, jouant Les Trump sans en avoir la classe, à Hénin-Beaumont vous disiez »votre mépris pour femmes et hommes, l’ »alcoolisme et le tabagisme se sont installés et ont envahi le bassin minier » (sic)…Récemment dans une improvisation émérite vous disiez aussi en Grande Bretagne qu’il n’y avait pas de culture française, vous vous êtes aussi laissé aller en affirmant que vous ne voyez pas d’art français… tant de bévues laissent supposer une grosse pathologie d’hystérie dépressive… Vous, Enarque, sorti dans la botte et qui a intégré la prestigieuse Inspection des finances, fils de médecin brillant, petit-fils d’une grand-mère directrice d’école, jeune élève séduisant qui ravagea le cœur de sa professeur cougar comment pouvez-vous vous transformer en « ATTILA » de l’histoire de France et en renégat congénital ! 
Ne devrait-on pas vous donner le prix d’excellence de la Crétinerie/Inculture/Impéritie en la matière ? En matière de d’ânerie vous cultivez et nagez dedans avec une impudence crasse !
Il n'est certes pas interdit de reconnaître ses erreurs, ce que vous fîtes... Mais Vous êtes un fou furieux, qui entre en transe dès qu'il a parlé sur la scène une dizaine de minutes ! Vous vous prenez pour un rocker de la politique... Ce qui est plus fou c'est ce monde adulte ou pas qui vous suit et fait la claque en vous écoutant. Il est vrai qu'émane de vous un sourire séduisant et un visage juvénile où chacun des "bobos libertaires" de gauche, d'extrême gauche et du centre avec le Révérend Père F. Bayrou, se mire et voit sa propre image d'imbécile heureux !!! Vous êtes le filet de pêche des ratés, des losers, de ces félons inconstants de la politique d’aujourd’hui ! Jean d'Ormesson le dit mieux que moi. « Macron c’est le grand flou. Entre l’électeur de gauche et l’électeur de droite qui votent pour lui, l’un des deux sera cocu…Mais tout l’intelligence de Macron, c’est de faire croire à l’un que ce sera l’autre et inversement »
Ce que je vais traduire par la suite est moins un texte sur la question de L'Algérie, même si je m'appuie sur mon souvenir, ma mémoire dure vivante, mais plutôt sur le sentiment personnel d'une dérive de la société française toute entière, à travers une génération dite bien-pensante, sinon deux, notamment celle de sensibilité post soixanthuitards, bobos d’une gauche et extrême gauche libertaire nantis, et aussi de droite molle culpabilisée et centre gauche arrivée au pouvoir et remplie de « faux-bons sentiments », au sein de laquelle avec famille et amis nous nous sommes "intégrés" depuis notre rapatriement, et qui est vis-à-vis de cette "tragédie de notre histoire française" dans le TABOU total..
Oui, dans cette FRANCE, [ amputée de cette Terre française "abandonnée lâchement en oubliant, à ce moment-là de notre histoire, ce "Sens humaniste universel" dont elle se pare et qui fut celle de mes racines et où toute mon enfance et adolescence sont restées], que je chéris Plus que tout parce que Mère PATRIE, tatouée sur mon marbre et en mon âme son Histoire et la mienne fusionnelle ment, constitue mon identité propre : mes ancêtres paternels et maternels qui l'ont défendue pour certains au prix de leur vie, le devoir d'être présent et disponible chaque fois que la patrie est en danger sans condition, la liberté d'entreprendre quelles que soient les contraintes et obstacles, se sentir engagé pour la défendre quand son autorité est piétinée, son honneur insulté, son drapeau brûlé, son intégrité mise à mal, sa liberté, mienne aussi, menacée, enfin les valeurs que l'on considère de nos jours ringardes, au principe d'une pseudo-modernité laxiste et lâche...
Oui sur cette terre de France ou je suis né, j'ai vécu une jeunesse de 54 à 62 ( de 14 à 24 ans) dans un climat de guerre civile, soit urbaine, soit rurale où les attentats à la grenade, à la bombe, à l'arme blanche, à la mitraillette, à l'"arme de point étaient le quotidien. Que d'amis et familiers j'ai vu disparaître et/ou victimes…Les massacres perpétrés par l'armée ALN, bras armé de la force politique FLN, par représailles sur leur frères musulmans, que j'ai vus de mes yeux vus après leur passage étaient horribles, car ils avaient, hélas ! l’inconvénient majeur d’être arabes, français, donc complices des européens français …
Oui dans cette FRANCE, où à 24 ans jeune marié et père d'une petite de 5 mois en 1962, et mes parents âgés de 50 ans abandonnant patrimoine et travail, nous nous sommes réinvestis dans une nouvelle vie sur le sol français métropolitain et avons , je pense grâce à nous d'abord, fait tout pour se "noyer" dans la masse et à Vous frères de métropole qui ne nous avez pas manqué de méchanceté et d’hostilité, par une désinformation orchestrée par les politiques de l’époque et les médias imprécateurs… nous avons relativement bien réussi à faire partie des vôtres...
Mais je ne peux taire aujourd'hui ce que je ressens de votre façon de vivre et vous comporter face à tout ce "fatras" évènementiel sociétal que vous me renvoyez, vous nous renvoyez au visage , ou que je ressens ainsi, comme si j'en étais responsable, alors que depuis des années personne, entendez-vous personne n'a jamais pris les mesures, ni mis en œuvre les moyens utiles , ni agit avec le bon sens et le discernement nécessaires, ni faire respecter les lois édictées qui eurent pu réduire sinon empêcher tout ce que nous vivons depuis 50 ans, 1962 , date de l'indépendance de l'Algérie. Oui, il m’est difficile, voire incompréhensible de vivre cette »guerre intestine » qui plus est au nom d’un laïcité que chacun conjugue à sa façon selon que… alors que pendant des décennies notre vie en Algérie, nous vivions en bonne intelligence avec la population arabo-musulmane ; nous partagions réellement, nous n'étions pas sans cesse baigné dans ces combats de société où le communautarisme préside et devient le ferment de dissensions entre tous les français de quelque confession et/ou quelque sensibilité politique, et condamne le bien vivre ensemble: à cette époque-là chez nous en Algérie française européens et musulmans vivaient ensemble, pas de problèmes de laïcité, de voile et de revendication religieuse, de ramadan, de travail etc.
Et depuis 2 décennies au minimum, mais plus même, nous avons transférer les révoltes et revendications qui ont créées les conditions de l'indépendance de cette ancienne terre française, chez nous... à cause d’une mauvaise politique d’immigration d’abord, ensuite parce que fort de notre vécu avec ces populations arabes sur leur territoire, nous nous sommes laissés envahir à dose homéopathique mais continue ; nous leur avons donné socialement et économiquement le confort nécessaire pour vivre et rester (logement, éducation, confessionnellement), et construit des quartiers entiers devenus des petits « bourgs et/ou village » devenus banlieues de grande villes et/ou métropoles urbaines où réunis entre eux ils reproduisaient chez nous , mais en mieux parce que plus libres, leurs conditions de vie et de mœurs souvent aux antipodes de notre vie française.. Seulement nous avons comme à notre habitude fermés les yeux et les oreilles, au point d’occulter volontairement ce qui est de la culture Arabe et son ADN… Ainsi les purs et durs, intransigeants et récalcitrants à notre vie à l’européenne et occidentale ont par le fait qu’ils étaient entre eux et en système« tribal » reconstitué leurs propres modes de vie, et ont mis en œuvre une radicalisation de leur ADN et refus de se laisser influencer par les nôtres et entretenu ainsi une discrimination à notre égard…Mais en pire, car les générations des années 60 et leur enfants de cette Algérie furent les "migrants" dont nous avons nourries et entretenues ingénument par nos incapacités et inconséquences politiques et sociales, les causes et conséquences de la "haine et non intégration" de ces populations... Comme si , sans se l'avouer, nous traînons à la semelle de nos chaussures la" mauvaise terre" , nous qui avons permis le développement de ces pays et/ou régions durant des années en Afrique du Nord, mais aussi dans tous les pays d'Afrique où nous fûmes investis à des degrés divers; et comme nous n'avons pas été toujours irréprochables, car nous sommes toujours partis de ces pays en catastrophe sans n’avoir jamais fini de régler notre départ de partout.. Nous avons apporté beaucoup sans s’être suffisamment préoccupé de mettre en place les structures humaines qui auraient favorisé la pérennité de notre cadeau à ces pays et populations et de rester sur place plutôt que de s’en sauver et suivre le « Père ou la Mère » qui les avait accompagnés pendant des décennies… tout nous revient en "BOOMERANG" et violemment: rejet de la France, refus d'intégration, incivilités diverses, Trafic d'armes et de drogue, djihadisme protéiforme , réveil d'un terrorisme protéiforme qui rappelle par moment celui des années 58/62....
Ainsi fait et pour ne pas succomber à la panique et à une certaine pathologie de l'anxiété, et pour répondre à ce type de réaction hostile nous tendons à la banaliser comme pour nous absoudre de nos péchés pour en atténuer ou diminuer le poids de nos fautes, devant cette situation qui n'"a jamais eu de vraie solution politique, entre nos 2 pays, pour les 2 peuples, et surtout pour notre peuple de 1.500.000 rapatriés français européens et musulmans qui se sont intégrés en serrant les dents et en rongeant leur frein la plupart du temps dans la douleur, mais avec cette volonté de montrer que par le travail et l'engagement on réussit malgré tout...Et nous développons la pathologie du renoncement à tout, en faisant partout, où nous avons vécu pour développer la démocratie, la liberté des droits de l'homme, l'économie et tout ce qui permet à un pays de s'auto suffire dans le monde, œuvre de repentance, de contrition niant et foulant aux pieds la reconnaissance par soi-même de notre IDENTITÉ FRANÇAISE, la valeur universelle d'HUMANISME de ce qui fit la GRANDEUR DE LA FRANCE dans le MONDE !!!!
Ainsi à 78 ans cette année, un âge où les souvenirs et la mémoire se déclinent plus aisément que les projets, et après avoir épuisé mes capacités de silence, contraint et forcé ou seulement courtois et poli, je ressens ce besoin d'éclairer un malentendu sur ce sujet qui reste quoi qu'on en dise douloureux dans toutes les relations sociales et nos consciences. Il m'est arrivé de réagir spontanément ou naturellement pour éclairer de mon vécu de 24 ans (né là-bas), mais très souvent vous ne m'entendiez pas, pollués par la désinformation médiatique et par les politiques et peut-être aussi par vos parents qui rejetaient en bloc cette Algérie et sa représentation dans leur esprit, et pensant que j'exagérais. Mais souvent en vous écoutant réagir je préférais me taire tant j'étais sidéré de vos évaluations respectives...
Plus de 50 années d'une expérience de vie personnelle, sociale, professionnelle, politique, économique, confessionnelle et encore de nos jours, j’ai œuvré avec vous, j'ai travaillé, milité, partagé avec vous quelques succès et quelques épreuves, communié aux mêmes valeurs, au même humanisme. j'ai bu à la coupe du bonheur de vivre en France, de s'étonner de ses richesses, de ses ressources, de se pénétrer des mêmes émotions au point que j'avais fini par oublier que j'étais né sur une autre rive, de parents venus d'ailleurs et de grands-parents à l'accent impossible d'une ville de la Méditerranée.
Je me vivais français comme Vous, et j'avais cru achever ce travail de deuil commun à tous les exilés et/ou migrants du monde. Et puis, patatras ! comme tous les "tabous", les secrets de famille tus pour sauvegarder un semblant d'unité, voilà que depuis quelques 10 ans, mais plus récemment depuis 2 à 5 ans, de nombreux évènements qui furent traumatiques, d'autres dramatiques, d'autres qui essayent d'enfoncer le clou de la repentance, de la contrition, et/ou de la résilience, les cinéastes, les maisons d'édition, les historiens, les philosophes, les sociologues se sont faits les hérauts d'informations et de communication à charge , de témoignages et réflexions aussi indécentes qu'inexactes, et/ou tendancieuses sur la Guerre d'Algérie. Les chaînes de télévision et les radios commentaient les ouvrages et refaisaient l'Histoire de 134 ans de présence française en Algérie.
Selon une étonnante convergence de vues, la plupart ont révélé, sur cette période, une vision particulièrement sinistre et toujours à charge contre nous Pieds Noirs. J'ai revu l'histoire de ma Patrie, L'Algérie Française, travestie et/ou défigurée en quelques propositions caricaturales, et je me suis vu "MONSTRUEUX COLON" , suceur de burnous, Nazi et fasciste, esclavagiste, usurpateur, envahisseur et j'en passe... Et les dirigeants français qui se sont succédé au pouvoir depuis CH. DE GAULLE et VGE n'ont fait que promouvoir ce type de communication, par peur d'assumer leur devoir et leur obligation cardinaux celle d'une France des LUMIÈRES, ayant toujours permis aux peuples qu'elle assista de devenir Libres et Indépendants, même si souvent dans ces cas la guerre fut et le sang coula....Il est inéluctable lorsque que l’on est en situation de guerre qu’il y ait des outrances et des excès plus ou moins honteux, mais c’est la loi de la guerre, chacun défend son camp avec ses armes, et il peut y avoir des bavures.. 
Mais a-t-on parlé de celles du FLN en Algérie et de son armée de guérilleros qui en ville et en campagne étaient les terroristes, djihadistes d’aujourd’hui à l’époque et ce contre les populations civiles et militaires. Ainsi fait tous ces Hérauts disaient quelle qu'en soit le ton ou la manière;
"La présence française en Algérie fut de tout temps illégitime"
"Les français d'Algérie ont exploité les Arabes et ont volés leurs terres"
"Les soldats français ont torturé des patriotes qui libéraient leur pays"
"Certains français ont eu raison d'aider les fellaghas à combattre l'armée française et peuvent s'enorgueillir aujourd'hui d'avoir contribué à la libération de l'Algérie.
J'ai compris alors que personne ne pouvait comprendre un pays et un peuple s'il n'avait d'abord appris à l'AIMER...Et mon sentiment est que vous n'avez jamais aimer "notre Algérie"!
J'ai aussi compris pourquoi vous changiez de conversation quand j'affirmais mon origine de pied-noir; j'ai compris que l'exode arménien ou l'exode juif vous avait touché, mais que notre exil vous avait laissés indifférents.
J'ai compris pourquoi les maquisards , résistants français qui se battaient pour la France envahie étaient à vos yeux des héros, mais pourquoi des officiers patriotes, intègres et honnêtes, mais trahis dans leur cœur par leur hiérarchie, qui s'étaient battus pour que la France soit ELLE, et qui arrivaient victorieux des champs de bataille visités, ces officiers étaient pour Vous et el Général de Gaulle des traitres et traités de putschistes certains d'entre eux Généraux et colonels mais aussi simples soldats furent jugés, embastillés, et quelques-uns fusillés....
J'ai compris pourquoi des mots comme "COLON" avaient été vidés de leur noblesse comme je l'ai souligné plus haut, et pourquoi dans votre esprit et dans votre langage, la colonisation avait laissé la place au colonialisme, assujettissement de l'homme, son exploitation....
Même des Français comme vous, tués au combat, n'ont pas eu droit, dans la mémoire collective, à la même évocation que les poilus ou les Résistants, parce qu'ils furent engagés dans une "sale guerre"! Sans nul doute, même si leur sacrifice fut aussi noble et digne de mémoire, est-il plus facile de célébrer des héros vainqueurs que des soldats morts pour rien.
Dans un manichéisme grotesque tout ce qui avait contribué à défendre la France était héroïque; tout ce qui avait contribué à conserver et à défendre notre pays pour continuer à y vivre, était criminel... "Vérité en deçà de la Méditerranée; erreur au-delà!"
Vous si prolixes et éloquents pour dénoncer les tortures et les exactions de l'armée française au cours des 50 dernières années, vous êtes devenus amnésiques sur les massacres et les tortures infligés par les fellaghas à nos compatriotes européens et musulmans. Vous ne trouvez rien à dire sur l'œuvre française en Algérie pendant 130 années. Pas un livre, pas une émission de télévision ou de radio, rien ou presque!!! Les fictions même s'affligent des mêmes clichés de français arrogants et de musulmans opprimés.
Ce qui est particulier dans le débat sur l'Algérie et sur la guerre qui a marqué la fin de la période française, c'est que ceux qui en parlent, en parlent en étrangers comme d'une terre étrangère. Disséquer le cadavre de l'Algérie leur est un exercice clinique que journalistes, commentateurs et professeurs d'université, historiens, philosophes réalisent avec la froide indifférence de l'étranger.
Personne ou quasiment personne ne pense qu'un million et demi de femmes, d'enfants et d'hommes n'ont connu et aimé que cette terre ou ils sont nés. Personne n'ose rappeler qu'ils ont été arrachés à leur véritable patrie et déportés en exil définitif sur une terre souvent inconnue et la plupart du temps hostile. Lorsque certains intellectuels français souvent de Gauche, se prévalent d'avoir aidé le FLN, personne ne les accuse d'avoir armé les bras des égorgeurs de français... Cette terre vous brûle la mémoire et le cœur...ou plutôt la mauvaise conscience.
Je n'ai pas choisi de naître sur une terre que mes maîtres français m'ont appris à aimer comme un morceau de la France. Mais même si mon Algérie n'est plus, il est trop tard, aujourd'hui pour que cette terre me devienne étrangère et ne soit plus la terre de mes parents, ma patrie. J'attends de Vous, Amis français, que vous respectiez mon Histoire même si vous refusez qu'elle soit aussi votre Histoire.
Je n'attends de Vous aucune complaisance, mais le respect d'une Histoire dans la lumière de son époque et de ses valeurs, dans la vérité de ses réalisations matérielles, intellectuelles, et humaines, dans la subtilité de se relations sociales, dans la richesse et la diversité de son œuvre et de ses cultures.
J'attends que vous respectiez la mémoire de tous ceux que j'ai laissés là-bas et dont la vie fut faite de travail, d'abnégation et parfois même d'héroïsme.
J'attends que vous traitiez avec une égale dignité et une égale exigence d'objectivité et de rigueur, un égal souci de vérité et de justice, l'Histoire de la France d'en deçà et d'au-delà de la Méditerranée... Alors il me sera permis de mourir dans ce coin de France en m'y sentant aussi chez moi.... Enfin !! Merci à VOUS d’avoir lu(écrit par GUY MORENO“

édité le 14 Apr 2017 à 6h23.
Pas de commentaire.
Ajouter un commentaire





Je confirme ne pas être un robot

2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise