ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
L'ABSTENTION : S'EXEMPTER ou RENONCER ?

Il est surprenant d'entendre et/ou de lire et/ou de voir ce qui se remplit dans  notre quotidien depuis plus de 30 ans déjà...
Chacun nous donne sa  propre définition du  CHANGEMENT prétendant  le "Je vous ai compris" d'un certain ILLUSTRE , créateur de la 5ème REPUBLIQUE(1958) qui à l'époque ou il s'est révélé, j'en conviens, au-delà des symboles religieux  la voix de l'esprit saint de Pentecôte, fut le "stimulateur et défibrillateur cardiaque et mental" de la FRANCE presqu'exsangue...

Depuis d'ailleurs, tous les 7 ans d'abord, puis maintenant tous les 5ans , nous avons droit,( après des scenarii de "téléréalité" ou "primaires" , orchestrés par des producteurs et faiseurs d'étoiles filantes), à des pseudos-stars de la planète politique que nous élisons parce que nous pensons qu'ils ont tout compris de notre sort et de notre vie. D'ailleurs ils l'ont dit et/ou affirmé en meeting !!!!  Et comme nous sommes "naïfs et sans  véritable discernement", et/ou surtout très paresseux du point de vue de l'engagement citoyen , nous préférons donner aval ou caution à celui ou celle qui va se "décarcasser" pour nous..
Mais hélas, 3 fois  hélas, celui ou celle qui.... nous déçoit vite et devient notre "BOUC-EMISSAIRE"... 

Et là, je puis vous assurer que comme nos gamins dans la cour de l'école, ou à la sortie, ou ailleurs,  quel que soit l'endroit, notre Tête de turc  en prend plein sa tronche pour pas un rond, comme si nous voulions lui faire payer notre désinvolture et notre immaturité affective sociale et politique, en un mot psychologique et sociologique.. et le comble c'est que nous reproduisons nos mêmes erreurs régulièrement à chaque période de transition et/ou de passage comme on dit dans la vie adulte et normale. Personne ne veut voir son errement et aussi errance, son indigence,  son analphabétisme, son irrationnelle résonnance et raisonnance d'électeur..

Et bien sûr, nous nous punissons de voter en n'allant plus voter!!! Et bien sûr, c'est toujours Lui ou Eux que nous élisons qui ont tort et ne sont pas bons. Nous, ce n'est pas de notre faute!!!!

Bien sûr,  lorsqu'on ne vote pas, on s'autorise à penser que ceux qui le font n'ont qu'à s'en prendre qu'à eux, s'exonérant de leur propre exemption, ou leur renoncement... Et ainsi couvrir leur irresponsabilité .

Bien sûr , on ne vote pas, parce qu'on ne croit pas ou plus à ces pseudos/prophètes du changement qui briguent nos suffrages pour ne rien changer après, ou qui s'installent dans une fonction et un statut dont ils ne discernent, ni ne perçoivent la plupart du temps le sens et les valeurs fondamentaux politiques au sens " pastoral" du terme.

Bien sûr, on ne vote pas parce qu'on les soupçonne de vouloir se vautrer dans le "costume", pas toujours taillé en coupe industrielle, et bien entendu "l'habit ne fait pas le moine".

Bien sûr, depuis 30 ans et plus, la vie de l'HUMAIN  a connu une évolution et une transformation des us et coutumes sociaux et sociétaux d'un point de vue individuel et collectif et/ou groupal , et ce, sur tous les plans; personnel, psychologique, politique, économique, social, professionnel, familial, culturel, intellectuel etc.

Bien sûr, tout un Chacun s'exonère de sa responsabilité individuelle et personnelle et citoyenne et se déresponsabilise de ce qu'il vit et/ou qu'il fait. Il reporte sur l'altérité qu'elle soit humaine et/ou aux circonstances, aux situations, aux évènements, donc un facteur extérieur à soi, la responsabilité de son sentiment.(ainsi nous sommes en colère et/ou malheureux à cause de...l'autre, ou du temps ou de l'ambiance...on est triste parce que son parent est.... On est déprimé à cause du monde, la pollution, la situation économique, politique etc. on est insatisfait et/ou déçu par des attitudes et comportements qui nous dérangent lorsqu'ils sont dépourvus d'exemplarité..).

Aussi nous ne prenons nullement la responsabilité de nos ressentis; Au contraire nous cherchons et trouvons un bouc émissaire,et déchargeons notre agressivité sur  un tel, coupons une tête ici ou là, nous nous déchargeons de notre mal être sur l'autre qui sert de paratonnerre à notre frustration.!Ensuite nous avons aussi appris à ne pas se tenir responsable de ses actes et là, nous  nous appuyons sur notre nécessaire devoir et/ou obligation (C'est le règlement... Ce sont les ordres... La  tradition veut que... je ne peux faire autrement.... Il faut que.... Je dois.... Je n'ai pas le choix.. etc.).

Ce langage nous déconnecte de nous-même et des autres, et nous asservit d'autant plus subtilement qu'il paraît un langage responsable....

Nous occultons  le fait que depuis les années 60, même s'il est normal de faire évoluer et de  transformer les modes et règles de fonctionnement de la vie sociale et sociétale, nous avons souvent piétiné , sabordé des valeurs et des principes  au point d'avoir déréglé et déréguler notre système tout entier.

Nous  avons baisser la garde à tous les niveaux et sur tous les plans de ce qui devrait rendre le lien social fort et apaisé, et ce faisant nous pensions que l'Etat se substituerait à notre démission pour corriger, ce que nous lui reprochons de ne pas faire..

Nous nous sommes désengagés de nos propres  aptitudes et capacités  d'acteurs éducateurs  et d'autorité individuelle et parentale et avons conçu et fabriqué cette délinquance juvénile, ces foyers de guerre civile de quartiers et/ou de banlieues, dits de non-droits...

Nous trimballons, dans nos attitudes et nos postures respectives, les stéréotypes et stigmates de notre révolte contre tout ce qui représente l'autorité, le droit, la règle, la norme et nous la donnons en pâture et nourriture à nos enfants qui, eux, miment et singent ce qu'ils ont vus et appris avec nous, et nous sommes surpris après que ça ne marche pas!!

Dans la "tribu" de  ceux qui s’abstiennent, sont compris ;

  • - les récalcitrants éternels au principe du vote,
  • - ceux qui par leur « génétique «  perso ne s’intéressent pas à ce type d’acte, ceux qui sont objecteurs éternels,
  • - ceux qui sont déçus par les attitudes, comportements, postures, conduites, modes/manières d’être et de faire, de nos petits monarques en culottes courtes,
  • - ceux qui pensent à tort et/ou a raison que les dés sont pipés,
  • - ceux qui vivent au jour le jour la raison de leur manque d’espoir, de salut, d’incompréhension, leur insatisfaction devant ce qu’ils voient et vivent  et sentent ou ressentent en entendant autour d’eux les infos aussi contradictoires et stupides de nos édiles qui la plupart du temps n’ont même plus le sens du ridicule et s’oublient dans la turpitude de la grande et/ou petite corruption(conflits de droits perso, d’intérêts , de népotisme inconsidéré, de privilèges distribués çà et là à ceux qui ont besoin, ceux qui le prétendent et qui se débrouillent bien pour le mériter, ceux qui l’usurpent grâce à nos édiles de tout poil etc…).

On pourrait y ajouter encore beaucoup  d'autres considérations, comme celle des Humains ayant perdu le sens réel de leur capacité d' engagement dans tous les aspects et les pans de ce qui constitue leur vie quotidienne, tout en pensant individuellement   qu'ils sont engagés sincèrement.. Les pans et les domaines ou ce sens de l'engagement se caractérise sont multiples pour ne citer que quelques uns tels: mariage, Famille, Parent, Educateur, Devoir, Autorité, Citoyen, Nation, Travail, etc. Chacun prétend qu'il fait le maximum et s'imagine que le retour "contrepartie" est inversement proportionnel et de fait se désolidarise, se désengage, justifie son désintérêt et sa frustration/déception  par un refus total de participation en se transformant en juge acusateur, en procureur, en imprécateur.

Ainsi tout en pensant punir la "solidarité sociale et nationale" dont il est partie intégrante, il s'autopunit aussi et l'on est en final tous privés au plan social national d'une parfaite réalité du suffrage universel. Ces humains oublient qu'ils vivent en société, qu'ils y sont impliqués complètement, qu'ils en vivent bien ou mal   à des degrés divers , mais s'achètent une bonne conscience à bon marché..Ils sont souvent les premiers à faire des leçons de citoyenneté et de bonne conduite. Ils manifestent aussi autant qu'ils le peuvent  dés qu'il ya un mouvement de protestation..Balayer devant sa porte, ils ne commaissent pas beaucoup....Comment,  quelles que soient les bonnes raisons, les fausses bonnes et/ou bonnes mauvaises réponses à ces raisons, se dispenser de cet acte citoyen et civique et avoir l'aplomb et parfois le culot, sinon la mauvaise foi et/ou malhonnêteté intellectuelle  de se révolter du résultat que l'on a favorisé en s'abstenant de son appartenance personnelle et individuelle à la "solidarité générale" revendiquée?

N'est-ce pas une forme de renoncement donc se déssaisir de...se désister de son droit.. mais particulièrement de ses devoirs,  cesser de s'attacher à cette communauté humaine dont je fais partie, et que  je condamne d'une intolérance "intégriste", puisque je ne la reconnais pas, mais dont je partage ce qui m'intéresse et dont je profite sans le mériter... Ce qu'on appelle cracher dans la soupe!..GUY MORENO

Catégorie : Reflexion édité le 12 May 2014 à 16h59.
Pas de commentaire.
Ajouter un commentaire





Je confirme ne pas être un robot

2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise