ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
ETAT D'AME ET HUMEUR D'UN PIED-NOIR DESABUSE, BRISE, FATALISTE...

DECHIRE, ULCERE, REVOLTE de la lancinante et persistante arrière-pensée et/ou jugement préconçu, confusément négatifs, parfois injustement méchants et discriminants, projetés comme un cliché stéréotypé sur cette population dont je fais partie (cela indépendemment de moi et de mes autres semblables, l'histoire de FRANCE, seule, l'ayant voulue), issus de la savante désinformation produite par tous nos  Gouvernants,  Elites, Monde médiatique (presse et audio-visuel) depuis 4 ou 5 décennies !
DECHIRE, ULCERE, REVOLTE par cette fausse bonne et libre conscience achetée au marché  post-colonial, et de la néo-modernité  qui s'érige en fallacieuse redresseuse de tort et qui fait acte d'une repentance gratuite et tartuffe, trahissant et vandalisant ainsi des siècles d'Histoire de FRANCE et piétinant la mémoire de nos ancêtres, où gloire et malheurs divers confusément ont permis de l'écrire et de nous en faire les héritiers...
DECHIRE, ULCERE, REVOLTE de penser  au travail  courageux, loyal, honnête de 4 générations de mes ancêtres et m'entendre dire que je serai comme eux "coupable d'un acte  criminel d'humanité"... Ce qui profondémént insultant et malhonnête quand on sait parce que né la-bas j'ai vu et vécu l'oeuvre accomplie par eux pour rendre ce pays moderne, avec des infrastructures et équipements d'avant garde, des voies et moyens de transport et communication pertinents et efficaces, une Agriculture de premier ordre, une viticulture trés efficientes grâce à l'expérience et savoir-faire français, la mise en oeuver et en place d'une industrie visant à transformer et produire  les ressources naturelles gaz et pétrole et autre... N'oublions pas tous les équipements et infrastructures dédiés à l'enseignement, la Santé, le logement, le social dans les endroits les plus reculés et hostiles de cette Algérie... Bien sûr l'histoire de la survenue de la France autour des années 1830 ne s'est pas faite sans mal, mais si la France est arrivée en Algérie c'est d'abord pour délivre cette terre envahie de mercenaires, de corsaires, d'esclavagistes, de hordes diverses appartenant à ces populations nomades orientales... Et puis le nom d'ALGERIE, c'est la FRANCE qui le trouva et baptisa ce pays...Moi je faisais partie d'une famille venue d'Espagne et aussi de province française s'installer pour y travailler et y vivre...

Donc ce cliché de "COLON" profiteur, faisant sure le burnousse, cousu d'or et de privilèges est inepte et fantasmé au centuple !!!
Un mail reçu (transféré par un ami) qui n'était pas signé, donc anonyme, m'a touché et interpelé car beaucoup de ce qu'il relatait, pouvait de prés et de loin aussi me concerner du fait de mon histoire personnelle de pied-noir ou rapatrié d'Algérie en 1962... Ainsi fait j'ai pensé à écrire ma propre perception et mon ressenti de mon histoire...
OUI, né à Sidi Bel Abbés en février 1939, Algérie française à ce moment-là, ville berceau de la LEGION ETRANGERE j'étais pour ma famille l'ainé d'une quatrième génération... Ma famille installée en ORANIE, département français  est française d'origine mais par le biais des mariages a des origines diverses qui me relient soit à l’Espagne, soit à la France région provençale, bretonne, alsace ..Peut-on dire de ce fait que par ma famille je suis "métissé"... Mais ceci n'est-il pas le fait de nombreuses familles fraçaises ou autres ?
Ce que je vais traduire par la suite est moins un texte sur la question de L'Algérie en elle, même si je m'appuie sur mon souvenir, ma mémoire vivante, que sur le sentiment personnel d'une dérive  de la société française toute entière, au sein de laquelle je me suis "intégré" depuis mon rapatriement, et qui est  vis-à-vis de cette "tragédie de notre histoire française" dans le TABOU total.. Oui  cela semble s'identifier à ces secrets de famille lourds à porter et qu'on s'efforce de cacher de peur de déclencher un tsunami familial... 
Oui, dans cette FRANCE, [  amputée de cette Terre française  celle de mes racines et où toute mon enfance et adolescence sont restées], que je chéris plus que tout  parce que Mère PATRIE,  tatouée sur mon marbre et  en mon âme, son Histoire et la mienne  confusément réunies constituent mon identité propre: mes ancêtres paternels et maternels l'ont défendue pour certains au prix de leur vie,  car le devoir d'être présent et disponible chaque fois que la patrie est en danger sans condition, la liberté d'entreprendre quelles que soient les contraintes et obstacles, se sentir engagé pour la défendre quand son autorité est piétinée, son honneur insulté, son drapeau brûlé, son intégrité mise à mal, sa liberté, mienne aussi menacée, enfin les valeurs que l'on considère de nos jours ringardes, au principe d'une pseudomodernité laxiste et lâche...
Oui  sur cette terre de France
"lâchement abandonnée( parce que  cédée dans les mains  de malfrats repris de justice en prison pour avoir dévalisé coffres forts de banques et la Poste et non moins dirigeants du parti FLN,  sortis de leur geôle pour signer les accords d'EVIAN avec le CH. DE GAULLE, celui-ci pourtant valeureux , oubliant le devoir d'accompagner vers une démocratie ce pays à ce moment-là  juillet 1962 et favoriser un départ juste et équitable des français dont je faisais aussi partie), ou je suis né...

J'ai vécu une jeunesse de 54  à 62 ( de 14 à 24 ans) dans un climat de guerre civile, soit urbaine soit rurale ou les attentats à la grenade, à la bombe, à l'arme blanche, à la mitraillette, à l'"arme de point étaient le quotidien. Que d'amis et familiers j'ai vu disparaître et/ou victimes....Les massacres, mutilations, dépeçages de cadavres humains perpétrés par l'armée ALN par représailles sur leur frères musulmans,  que j'ai vus de mes yeux après leur passage étaient horribles! 
Oui dans cette FRANCE, où à 24ans jeune marié et père d'une petite de 5 mois en 1962,  et mes parents âgés de 50ans abandonnant patrimoine et travail, nous nous sommes réinvestis dans une nouvelle vie et  avons , je pense grâce à nous d'abord  pour se "noyer" dans la masse et à Vous  frères de métropole qui ne nous avez pas manqué par votre hostilité, nous avons relativement bien réussi à faire partie des vôtres...
Mais je ne peux taire aujourd'hui  ce que je ressens de votre façon de vivre et vous comporter face à tout ce "fatras" évènementiel sociétal que vous me renvoyez au visage , ou que je ressens ainsi, comme si j'en étais responsable, alors que depuis des années personne, entendez-vous personne n'a jamais pris les mesures, ni mis en oeuvre les moyens utiles , ni agi avec le bon sens et le discernement nécessaire, ni faire respecter les lois édictées qui eurent pu réduire sinon empêcher  tout ce que nous vivons depuis 50 ans, 1962 , date de l'indépendance de l'Algérie.

Oui pendant notre vie là-bas, nous vivions en bonne intelligence avec la population musulmane, nous partagions réellement, nous n'étions pas sans cesse  baigné dans ces combats menés au nom d'une prétendue fallacieuse vraie laïcité de société où le communautarisme préside et devient  le ferment de dissensions entre les français et condamne le bien vivre ensemble: à cette époque-là chez nous en Algérie français européens et musulmans vivaient ensemble, en bonne intelligence et on ne parlait  pas de problèmes de laïcité, de voile et de revendication religieuse, de ramadan, de prière au travail, de repas halal etc.
Voilà  presque plus de 10 ans , même plus, nous avons transférer les révoltes et revendications qui ont créées les conditions de l'indépendance de cette ancienne terre française, chez nous... Mais en pire, car les générations des années 60 et leur enfants de cette Algérie furent les "migrants" dont nous avons nourries et entretenues ingénuement par nos incapacités et inconséquences politiques et sociales, les causes et conséquences de la "haine et non intégration" de ces populations... Comme si , sans se l'avouer, nous traînons à la semelle de nos chaussures la" mauvaise terre" , nous qui avons  permis le développement de ces pays et/ou régions durant des années en Afrique du Nord, mais aussi dans tous les pays d'Afrique où nous fûmes investis à des degrés divers; et comme nous n'avons pas été toujours irréprochables  et surtout nous n'avons jamais fini de régler nos départs de partout, tout nous revient en "BOOMERANG" et violemment:  rejet de la France, refus d'intégration, incivilités diverses, trafic d'armes et de drogue, djihadisme protéiforme , réveil d'un terrorisme protéiforme qui rappelle par moment celui des années 58/62....
Ainsi fait  et pour ne pas succomber à la panique et à une certaine pathologie de l'anxiété, et pour répondre  à ce type de réaction hostile nous tendons à la banaliser comme pour nous absoudre de nos péchés pour en atténuer ou diminuer le poids de nos fautes,  devant cette situation qui n'"a jamais eu de vraie solution politique, entre nos 2 pays, pour les 2 peuples, et surtout pour notre peuple de 1.200.000 rapatriés français européens et musulmans qui se sont intégrés en serrant les dents et en rongeant leur frein la plupart du temps dans la douleur,  mais avec cette volonté de montrer que par le travail et l'engagement on réussit malgré tout...Et nous développons la pathologie du renoncement à tout, en faisant partout, où nous avons vécu pour développer la démocratie, la liberté des droits de l'homme, l'économie et tout ce qui permet à un pays de s'auto suffire, dans le monde œuvre de repentance niant et foulant aux pieds la reconnaissance par soi-même de notre IDENTITE FRANCAISE, la valeur universelle d'HUMANISME de  ce qui fit la GRANDEUR DE LA FRANCE dans le MONDE !!!!
Ainsi à 80 ans cette année, un âge où les souvenirs et la mémoire se déclinent plus aisément que les projets, et après avoir épuisé mes capacités de silence, contraint et forcé ou seulement courtois et poli, je ressens le besoin d'éclairer un malentendu sur ce sujet qui reste quoi qu'on en dise douloureux dans toutes les relations sociales.. Il m'est arrivé de réagir spontanément, naturellement pour éclairer de mon vécu de 24 ans (né là-bas), mais vous n'entendiez pas, pollués par la désinformation médiatique et par  les politiques, et pensant que j'exagérais. Mais souvent en vous écoutant réagir je préférais me taire tant j'étais sidéré de vos évaluations respectives...
Plus de 50 années d'une expérience de vie personnelle, sociale, professionnelle, politique, économique, confessionnelle et encore de nos jours, j’ai œuvré avec vous, j'ai travaillé, milité, partagé avec vous quelques succès et quelques épreuves, communié aux mêmes valeurs, au même humanisme. j'ai bu à la coupe du bonheur de vivre en France, de s'étonner de ses richesses, de ses ressources, de se pénétrer des mêmes émotions au point que j'avais fini par oublier que j'étais né sur une autre rive, de parents venus d'ailleurs et de grands-parents à l'accent impossible d'une ville de la Méditerranée.
Je me vivais français comme Vous, et j'avais cru achever ce travail de  deuil commun à tous les éxilés et/ou migrants du monde. Et puis, patatras ! comme tous les "tabous", les secrets de famille tus pour sauvegarder un semblant d'unité, voilà que depuis quelques 10ans, mais plus récemment depuis 2 à 5 ans,  quelques évènements qui furent traumatiques, d'autres dramatiques,  d'autres qui essayent d'enfoncer le clou de la repentance, de la contrition, et/ou de la résilience, les cinéastes,  les maisons d'édition, les historiens, les philosophes, les sociologues se sont faits les hérauts d'informations et de communication à charge , de témoignages et réflexions aussi indécentes qu'inexactes, et/ou tendancieuses sur la Guerre d'Algérie.  Les chaînes de télévision et les radios commentaient les ouvrages et refaisaient l'Histoire de 134 ans de présence française en Algérie.
Selon une étonnante convergence de vues, la plupart ont révélé, sur cette période, une vision particulièrement sinistre. J'ai revu l'histoire de ma Patrie, L'Algérie Française, travestie et/ou défigurée en quelques propositions caricaturales, et je me suis vu "MONSTRUEUX COLON" , suceur de burnous, Nazi  et fasciste, esclavagiste, usurpateur envahisseur et j'en passe... Et les dirigeants français qui se sont succédé au pouvoir depuis CH. DE GAULLE et VGE n'ont fait que promouvoir ce type de communication, par peur d'assumer leur devoir et leur obligation cardinaux, celle d'une France des LUMIERES, ayant toujours permis aux peuples qu'elle assista  de devenir Libres et Indépendants, même si souvent dans ces cas la guerre fut, et le sang coula, faisant éclater ça et là des bavures.. Mais voilà qu'on oublie, qu'on omet savamment ce fait  établi que dans une "Guerre", un combat,  2 camps s'opposent l'un contre l'autre et chacun pour justifier de son identité  combat celle de l'autre et que chacun des 2 camps sont simultanément agresseurs et agressés et réciproquement.. POurquoi alors n'a-t-on parlé de celles du FLN en Algérie contre nous européens français nés la-bas et tout aussi légitimes que les musulmans avec qui nous vivions depuis des décennies?. Ainsi fait tous ces Hérauts disaient quelle qu'en soit le ton ou la manière;

  • "La présence française en Algérie fut de tout temps illégitime"

  • "Les français d'Algérie ont exploité les Arabes et ont volés leurs terres"

  • "Les soldats français ont torturé des patriotes qui libéraient leur pays"

  • "Certains français ont eu raison d'aider les fellaghas à combattre l'armée française et peuvent s'énorgueillir aujourd'hui d'avoir contribué à la libération de l'Algérie.

J'ai compris alors que personne ne pouvait comprendre un pays et un peuple s'il n'avait d'abord appris à l'AIMER...Et mon sentiment est que vous n'avez jamais aimer "notre Algérie", ni même  ceux des français, dénommés pour la commodité "frères et/ou concitoyens"

J'ai aussi compris pourquoi vous changiez de conversation quand j'affirmais mon origine de pied-noir; j'ai même compris que l'exode arménien ou l'exode juif vous avait touché, mais que notre exil vous avait laissés indifférents.
J'ai compris pourquoi les maquisards , résistants français qui se battaient pour la France envahie étaient à vos yeux des héros, mais pourquoi des officiers patriotes, intègres et honnêtes, mais trahis dans leur cœur par leur hiérarchie, qui s'étaient battus pour que la France soit ELLE, et qui arrivaient victorieux des champs de bataille visités, ces officiers étaient pour Vous et le Général de Gaulle des traitres , traités de putschistes, voire criminels de guerre et acteurs de coups d'état, dont certains d'entre eux Généraux et colonels mais aussi simples soldats furent jugés, embastillés, et quelques-uns fusillés... Cependant quelle que soit leur faute, et aussi condamnable soit-elle, personne ne se pose la en retour la question de la blessure d'honneur et du non respect de la parole donnée des DIRIGEANTS à ces mêmes Hommes, héros médaillés sur les champs de bataille où combattait la FRANCE!!!

Au nom du principe de légitimité de la fonction suprême,  que l'on considère comme l'incarnation de l'Autorité et de l'Ordre, l'acte de révolte,sinon d'insoumission du sujet semble plus coupable et condamnable que le reniement à sa parole, son manque de sens de l'honneur,  à l'oubli de son engagement , à la sauvegarde de l'intégrité de l'ETAT par le pouvoir suprême...

J'ai compris pourquoi des mots comme "COLON" avaient été vidés de leur noblesse comme je l'ai souligné plus haut, et pourquoi dans votre esprit et dans votre langage, la colonisation avait laissé la place au colonialisme, assujettissement de l'homme, son exploitation, la négation de son identité humaine....

Même des Français comme  beaucoup d'entre eux, tués au combat, n'ont pas eu droit, dans la mémoire collective, à la même évocation que les poilus ou les Résistants, parce qu'ils furent engagés dans une "sale guerre"! Sans nul doute, même si leur sacrifice fut aussi noble et digne de mémoire, est-il plus facile de célébrer des héros vainqueurs que des soldats morts pour rien.

Dans un manichéisme grotesque tout ce qui avait contribué à défendre la France était héroïque; tout ce qui avait contribué à conserver et à défendre notre pays pour continuer à y vivre, était criminel... "Vérité en deçà de la Méditerranée; erreur au-delà!"

Vous si prolixes et éloquents pour dénoncer les tortures et les exactions  de l'armée française au cours des 50 dernières années, vous êtes devenus amnésiques sur les massacres et les tortures infligés par les fellaghas à nos compatriotes européens et musulmans. Vous ne trouvez rien à dire sur l'oeuvre française en Algérie pendant 130 années. Pas un livre, pas une émission de télévision ou de radio, rien ou presque!!! Les fictions même s'affligent des mêmes clichés de français arrogants et de musulmans opprimés.

Ce qui est particulier dans le débat sur l'Algérie et sur la guerre qui a marqué la fin de la période française, c'est que ceux qui en parlent, en parlent en étrangers comme d'une terre étrangère. Disséquer le cadavre de l'Algérie leur est un exercice clinique que journalistes, commentateurs et professeurs d'université, historiens, philosophes réalisent avec la froide indifférence de l'étranger.

Personne ou quasiment personne ne pense qu'un million et demi de femmes,  d'enfants et d'hommes n'ont connu et aimé que cette terre où ils sont nés. Personne n'ose rappeler qu'ils ont été arrachés à leur véritable patrie et déportés en exil définitif sur une terre souvent inconnue et la plupart du temps hostile.. Lorsque certains intellectuels français souvent de Gauche, se prévalent d'avoir aidé le FLN, personne ne les accuse d'avoir armé les bras des égorgeurs de français... C'est quasiment vu et perçu comme un acte héroïque! Quand Audin soit disant "extraordinaire jeune père de famille mathématicien" est porteur de valise du FLN  et qui accompagne leur bras armé pour tuer des français d'algérie, vos concitoyens, vos frères, vous applaudissez et l'honorez d'une place à soàn nom et Macron notre pésident va en Algérie faire son éloge... Et c'est aussi ahurissant que sidérant de malhonnêteté morale et intellectuelle... Le plus dramatique c'est que le peuple français et/ou une bonne partie de celui-ci se lave  hypocritement les mains et que c'est toujours au détriment de nous , pieds noirs, nous vos frères, dites-vous, sans y croire autant que...!!!! Cette terre vous brûle la mémoire et le cœur...ou plutôt la mauvaise conscience.

Je n'ai pas choisi de naître sur une terre que mes maîtres français m'ont appris à aimer comme un morceau de la France. Mais même si mon Algérie n'est plus, il est  trop tard, aujourd'hui pour que cette terre me devienne étrangère et ne soit plus la terre de mes parents, ma patrie.

J'attends de Vous, Amis français, que vous respectiez mon Histoire même si vous refusez qu'elle soit aussi votre Histoire.

Je n'attends de Vous aucune complaisance, mais le respect d'une Histoire dans la lumière de son époque et de se valeurs, dans la vérité de ses réalisations matérielles, intellectuelles, et humaines, dans la subtilité de se relations sociales, dans la richesse et la diversité de son oeuvre et de ses cultures.

J'attends que vous respectiez la mémoire de tous ceux que j'ai laissés là-bas et dont la vie fut faite de travail, d'abnégation et parfois même d'héroïsme.

J'attends que vous traitiez avec une égale dignité et une égale exigence d'objectivité et de rigueur, un égal souci de vérité et de justice, l'Histoire de la France d'en deçà et d'au-delà de la Méditerranée... Alors il me sera pemis de mourir dans ce coin de France en m'y sentant aussi chez moi.... Enfin!! Merci à VOUS (écrit par GUY MORENO. Clinicien d’entreprise)

 

  •  

Catégorie : Reflexion édité le 18 Mar 2019 à 11h47.
Pas de commentaire.
Ajouter un commentaire





Je confirme ne pas être un robot

2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise