ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
Quand REPENTANCE devient RENIEMENT de SOI, RENONCIATION et APOSTASIE de SON APPARTENANCE à SON HISTOIRE et SES ORIGINES

Comment Prétendre devenir Président d’un Pays, Etat, Nation au Passé Criminel & Barbare...

 

Quand REPENTANCE devient RENIEMENT de SOI, RENONCIATION et APOSTASIE de SON APPARTENANCE à SON HISTOIRE et SES ORIGINES… 

PRÉAMBULE :

Il est toujours délicat de parler de soi sans laisser à penser que l’on peut être présomptueux, se justifier de quelque chose pour témoigner mieux qu’un autre, et/ou pour donner des leçons… Mais peu importe imaginez ce que vous voulez, je me sens interpellé depuis longtemps par tous « ces Enfants de la France d’aujourd’hui et d’hier » (qui en sont et/ou le prétendent ou le revendiquent aussi) ,[ oui je sais que déjà certains penseront que suis passéiste et/ou ringard ] qui élevés, éduqués, instruits et installés dans le « CONFORT d’une PAIX DURABLE » grâce à nos Ancêtres au sein de notre France et de l’Europe, n’ont plus le sens du danger, notamment celui qui fut, et qui au vécu et au nom de ce confort social et politique sont devenus et/ou deviennent des « enfants gâtés et nantis » fort exigeants pour ce qui concerne son DROIT à… et beaucoup moins au DEVOIR de…

Ainsi donc ces Enfants de France ( de la génération GISCARD&MITTERRAND à nos jours) ont pris du fait de leurs parents et éducateurs/enseignants une distance incommensurable à l’égard de tout ce qui touche à l’engagement personnel et citoyen, le sens et le devoir de sa responsabilité individuelle et collective, le sens du don de soi et aussi celui d’une relative abnégation vis-à-vis de la Nation, la Patrie, le Drapeau et l’ensemble de ses accessoires dont l’hymne national, le couple, la famille et sa construction en 2 mots « l’institution parentale » aujourd’hui confuse et éclatée, et bien d’autres archétypes et valeurs « cardinales » qui constituaient des socles qui nous tenaient debout… et nous servent de colonne vertébrale…

Ainsi tout cela battu en brèche par ce que tout un chacun nomme la modernité, et par tous les courants sociaux qui nous ont traversé »Mai 68 », « Peace and love », « punk », la vie en tribu au Larzac, les hippies, et plus, les citadins et les bobos, les écolos ruraux et urbains enfin tout ce qui constitue des laboratoires de transgression sociétale qui intéressent toute la population « gauchisante » et ses armées de « gourous » sociologues, philosophes, psychologues en mal d’identité, ce que l’on appelle les experts analystes justificateurs des mœurs toxiques.

MON HISTOIRE :

Les derniers événements sur le migrants, invasion qui, aussi bénéfique soit-elle, ne peut , en ce moment de notre vie de français et d’Européen, qu’être pénible et sujette à tension forte car personne n’est préparé à accueillir autant de monde , ni à partager aussi généreusement que possible un inconfort social, économique et politique. De plus quand je vois et j’entends notre Président, notre premier ministre, voire aussi celui de l’intérieur nous faire des leçons de générosité, de charité, de solidarité, de fraternité et se démultiplier en se vautrant dans une attitude permanente de repentance qui n’est autre que renoncement à nos prétendues valeurs républicaines et identitaires qui nous ont construits.

Ainsi fait, j’ai souhaité exprimer ma révolte et ma colère, et réfléchir et réagir car je suis d'origine Hispano-Française, né dans une famille modeste d’entrepreneurs et de commerçants français, mais pied-noir né en Algérie, terre française à l’époque de 1830 à 1962, Baptisée par nous Français « ALGÉRIE » alors que c'était le nom de Maghreb qui prévalait jusqu'à notre arrivée, et délivrée par nos valeureux soldats et généraux de l’époque, reprise en main, conquise et pacifiée par nous...

Cependant si j’écoute ce que dit E. Macron, prétendant à la candidature suprême de notre pays, aux prochaines présidentielles de 2017, qui disait lors d’une interview sur ma terre d’origine l’Algérie, »la colonisation est crime contre l’humanité,, c’est une barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et de ceux vers lesquels nous avons commis ces actes » (sic dixit), mes racines françaises issues de l’histoire de France et de mon histoire personnelle français d’Algérie rapatrié en France avec sa famille, spoliés totalement de leurs biens et métiers tremblent désespoir, me donnent le sentiment d’un « casier judiciaire lourd et totalement ineffaçable, profondément inscrit dans le marbre…Mes ancêtres qui n’étaient pas des « colonisateurs » et qui du fait de leur nationalité française furent appelés pour participer aux 2 grandes guerres mondiales(14-18,39-45) y compris avec moi lors de la guerre d’Algérie de 58-62, les Harkis lâchement abandonnés par la France, leur mère patrie, ne pensions pas être des « Criminels et/ou enfants de criminels ». Nous n’imaginions pas devoir porter une telle image négative, et avoir une identité de condamné à vie pour des actes de guerre normaux et nécessaires à la survie et l’intégrité de notre pays, notre nation, notre drapeau… quels que soient leur dureté et parfois sauvagerie endurées… Je ne pensais pas devoir avoir honte d’être né là-bas… d’autant que je n’ai aucun acte répréhensible par la justice de mon pays ! Croyez-moi, c’est le malheur chez tout pied-noir, mais c’est une folie d’entendre ces mots de la bouche d’un français, qui n’était pas né à cette époque-là et qui juge aussi mal son pays et son histoire, sa nation, le drapeau, l’identité originelle, et ses compatriotes, ses « frères » d’hier et d’aujourd’hui, les ancêtres qui ont porté cette France d’aujourd’hui à son niveau de notoriété universelle ! C’est insultant et indigne d’un homme qui prétend vouloir diriger notre pays ! Mes parents et ancêtres n’étaient aucunement des forçats envoyés pour purger une peine, comme à Cayenne !

QUELQUES NOTIONS D’HISTOIRE :

Rappelons Tout d’abord que « L’identité algérienne » n’a jamais existé avant 1830. L’Algérie, c’était le Maghreb, de la Libye au Maroc. Les populations qui y vivaient, d’origine phénicienne, berbère et romaine, étaient avant le 8 eme siècle, pour la plupart, chrétiennes. Ce sont les Arabes Nomades venant du Moyen Orient qui ont envahi le Maghreb et converti de force, par le sabre et la torture, toutes ces populations.

Puis les Turcs ; Envahirent le Maghreb pendant 3 siècles, maintenant les tribus arabes et berbères en esclavage, les laissant se battre entre elles, prélevant de force la dîme et… ne construisant RIEN, et ce volontairement. Permettant ainsi un trafic d’’esclaves Chrétiens. Au 16ème siècle, 30 000 esclaves étaient maintenus enchaînés à Alger. Ce sont les beys d’Alger (nommés par les turcs) qui se maintenaient par la ruse, la force et c’est bien ceux de Constantine qui se vantaient (n’est-ce pas ?) d’avoir fait trancher 12 000 têtes pendant leur règne ! Le saviez-vous ?

POURQUOI FAUDRAIT-IL QUE LA FRANCE S’EXCUSE ?

• D’avoir débarqué à Sidi Ferruch en 1830 pour chasser le colonisateur ottoman, dé-truire ses repères, libérer ses esclaves, affranchissant ainsi de son joug les tribus.

• D’avoir fait soigner toutes ces populations dès 1830 par des médecins militaires français, amenant ces populations du Maghreb chiffrées à moins d’un million en 1830 à plus de 10 millions en 1962. Car ce sont bien les services de santé militaire qui ont ouvert des centres de soins à la population civile et qui consultaient gratuitement la population. S’Imagine-t-on d’ailleurs pour des colons qui faisaient « suer le burnous » qu’en 1962 on comptait plus de 160 hôpitaux dans le pays et que la faculté de médecine d’Alger (dont je fus étudiant à L’institut de Biométrie et Psychologie Appliquée) était la 2ème de France ??

• D’avoir respecté la langue arabe et la religion musulmane. Ce que n’avaient pas fait les arabes forçant les berbères chrétiens à s’islamiser pour ne pas être tués.

• D’avoir drainé, asséché, fertilisé un sol à l’abandon depuis des siècles, et ce au prix de nombreuses vies. En effet il faut savoir qu’en 1830 à l’arrivée des français, l’agriculture en était restée au Moyen-Age et il faudrait s’excuser d’avoir créé une agriculture riche, prospère, exportatrice, d’avoir fait de la Mitidja le grenier à fruits et légumes de l’Algérie quant aujourd’hui on sait que ce pays doit importer la plupart de ses produits car cette immense plaine a été transformée en friche industrielle… ! Et il faudrait aussi demander pardon pour les nombreux établissements de formation agricole extrêmement performants qui fournissaient jusqu’en 1962 des cadres à tous niveaux

• D’avoir résolu le problème de l’eau dont dépendait l’avenir de ce pays. C’est bien l’armée française qui dès 1830 domestiquait les oueds, constituait des réserves d’eau, créait un réseau de canaux d’irrigation, stabilisait les sols. Et il faudrait demander pardon pour ce pays qui fut entièrement irrigué, assaini et où la plupart des villes et des villages étaient alimentés en eau potable par les pieds noirs et tout cela fut aussi possible grâce à la construction de 12 barrages ?

• D’avoir créé un réseau routier de 54 000 kms, d’avoir construit 23 ports, 23 aéroports, 34 phares.

• D’avoir installé des bureaux de poste dans tout le pays, et d’avoir essaimé le terri-toire de milliers de kilomètres de chemin de fer

S’excuser :

• D’avoir multiplié les écoles sur tout le territoire, d’avoir alphabétisé, d’avoir enseigné les règles d’hygiène et les principes médicaux fondamentaux, ce qui a fait dire à l’écrivain kabyle Belkacem Ibazizen : « la scolarisation française a fait faire aux arabes un bond de 1000 ans ».

• D’avoir mis en œuvre et installer des infrastructures industrielles pour traiter et produire Gaz et Pétrole.

• D’avoir équipé ce pays d’infrastructures aéroportuaires, et portuaires…

OUI Messieurs E. MACRON, F. HOLLANDE, E. VALLS, B. CAZENEUVE,… de tous les peuples qui sont passés en Algérie, seuls les Français ont laissé un bilan positif.

Les vandales n’apportèrent rien au pays sinon la désolation,

Les arabes apportèrent la religion islamique mais n’apportèrent rien de la brillante civilisation de Damas.

Quant aux Turcs, ils firent régresser ce pays sur tous les plans

Et c’est bien l’état moyenâgeux couplé à une piraterie intense qui incita la France à intervenir.

Ferrat Abbas, qui aurait pu rester neutre et/ou partial , car il fut Président du GPRA (gouvernement provisoire algérien) disait : « La France n’a pas colonisé l’Algérie, elle l’a fondée. »

Alors pour toutes ces raisons, Il faudrait plutôt, Messieurs MACRON, HOLLANDE, VALLS, CAZENEUVE et Consorts de Gauche et/ou de Droite revenir à la réalité concrète et qu’avec tous ceux qui parlent de génocide et de repentance, ce soit vous…QUI… En notre nom, et celui de la France, comme vous le faîtes souvent parjurant et honteusement demandiez à l’Algérie pour ce million de français qui ont abandonné leur pays pour ne pas être égorgés (la valise ou le cercueil) qui demandiez repentance à l’Algérie pour ces 150 000 harkis, sauvagement torturés puis assassinés,

A l’Algérie pour ces milliers d’européens tués ou disparus à Oran, le 5 juillet 1962, pour ces 200 000 algériens tués pour avoir refusé le parti unique,(Hommes, Femmes , enfants lâchement assassinés

A l’Algérie pour le terrorisme aveugle, les égorgements, les attentats, les crimes gratuits

Pour ces Pieds noirs français européen qui le jour de l’indépendance ont été égorgés en présence de l‘armée française à laquelle on avait donné l’ordre de n’intervenir sous aucun prétexte !!!!

Encore une infamie du Général De Gaulle qui n’aimait pas les Pieds noirs, malgré son « je vous ai compris ». Certes Il y eut la guerre entre les deux camps et il n’est pas dans mon propos question de taire, ni de ne pas condamner les actes guerriers et/ou terroristes et meurtriers du côté français comme du côté algérien du reste, mais nous réagissions depuis plus de 10 ans à une rébellion (depuis avant 1954) sourde et traître type guérilla rurale et urbaine (je l’ai vécue de 14 à 24 ans) et on peut regretter que l’indépendance de l’Algérie, même si cela devait se faire un jour par la force des choses, fût bâclée à la fois pour les pieds noirs et pour les algériens.

Cela aurait évité Le « génocide » des harkis, des moghaznis, des européens à Oran et l’immigration de tant de pauvres algériens qui quittèrent leur pays pour la France et qui le quittent toujours !

Messieurs Macron, Hollande, Valls, Cazeneuve Nous devons vous rappeler que l’Histoire est un TOUT.

Oserez-vous demander aux arabes du Maghreb un acte de repentance pour les 8 siècles de l’occupation musulmane en Espagne, ainsi qu’aux turcs pour les 3 siècles de colonisation en Algérie.

Pour ma part, jusqu’au bout Contre une repentance de la France, je continuerai à me battre pour que soit reconnu comme un crime d’État l’abandon de 150 000 harkis aux mains des égorgeurs et des 200 000 français enlevés ou assassinés le 5 juillet 1962 jour de l’Indépendance. J’y ai perdu un de mes proches…. Et aussi pour que disparaisse définitivement de notre calendrier la honteuse commémoration du 19 Mars 1962.

Oui, J’y suis né en 1939, en Oranie, à SDI BEL ABBÉS, ville-berceau de la Légion Etrangère , corps d'élite et qui en fut l'Architecte et le Constructeur... Mes grands-parents maternels et paternels, français et chrétiens catholiques m’ont transmis leur foi et les valeurs et principes associés. Ils ont fait la Guerre 14-18 dont l'un des 2 fut gazé et mourut d'emphysème, puis 39-45, mon Père (né en 1914) fut envoyé en Syrie lors de son service militaire, et fit la territoriale(armée réserviste) durant la Guerre d'Algérie...Pour ce qui me concerne j'ai vécu de 10 à 24 ans (1962 année de mon rapatriement) dans un climat et une ambiance très équivalente à cette vie que mènent au moyen et proche orient, les jeunes Israéliens, palestiniens, libanais, guerre civile urbaine et rurale tout à la fois où les nuits résonnaient de claquements d'armes légères et lourdes, d'explosions de toute nature(bombes, grenades, ...attentats en plein centre-ville tuant civils et militaires, enfants et femmes etc.. Des voitures piégées, des vélos aux sacoches pleins de bombes artisanales et cela bien avant l'OAS....C’était l’œuvre des « terroristes FLN ». (Et oui déjà)

Après avoir réussi à embarquer au prix d’une attente d’une journée sous le soleil et dans une foule apeurée, triste et résignée mais digne, je suis parvenu en France le 19 septembre 1962 à 19 h, débarquant, avec quelques effets seulement, sur le port de Marseille avec ma petite famille, mon épouse et ma petite fille de 5 mois, mes Parents (âges de 50 et 42 ans), mes 2 sœurs cadettes, et nous fûmes reçus sans égards et sans considération aucune.

Je me rappelle être avec mon Papa devant 3 personnes assises derrière une table où étaient disposés des cahiers sur lesquels ils nous enregistraient , et nous disaient à nous comme aux autres qu'ils n'acceptaient plus personne ni à Marseille , ni dans aucune ville du Sud, du Sud-Est, du Sud-ouest, de l'Ouest, même sur la région Rhône Alpes, et qu'il fallait que nous allions plutôt vers l'Est et/ou le Nord sous peine de ne pouvoir justifier de notre statut de Rapatrié , et de ne pouvoir bénéficier de quelques allocations nous permettant de commencer à vivre sur cette terre française dont nous pensions au fond de nous qu'elle était cette patrie chérie entre toutes et pour laquelle nous nous avions vécus là-bas.. Nous pensions être des français, des compatriotes, des Frères de souche…

Au contraire , Cette Métropole ne nous reconnaissait pas comme ses enfants (fils et/ou fille de cette nation) , et nous faisait porter le poids d'une colonisation mal assumée et des erreurs politiques du moment, tout à la fois, de nos gouvernants de l'époque les anciens de la 3ème république encore plus ou moins présents, et la survenue au pouvoir du général de Gaulle qui n'avait pas les mains propres avec son armée et sa propre histoire, et ce même si je reconnais par contre qu'il était un Homme d'ETAT....

Nous étions 2 fois victimes, oui, d'une part pour avoir été pendant des générations là-bas alors que nous n'avions rien fait d'autre qu'essayer d'exister sur ce sol français( puisque c'était ainsi à ce moment-là), et d'autre part nous avions préféré la "valise, plus que le cercueil" et nous venions nous réfugier au sein de notre Mère-Patrie, rejoindre nos frères citoyens qui eux ne nous reconnaissaient pas , même largement pire que les migrants d'aujourd'hui dont on nous rebat les oreilles et le cœur afin de nous culpabiliser de n’être pas assez accueillant ni généreux, voire nous accuser d’être Racistes...

En fait la France ne voulait pas de NOUS et Ch. De Gaulle, Peyrefitte, G. DEFERRE et combien d'autres disaient leur "haine" sur ces pied-noirs de malheur que nous étions et que nous sommes...Ils préféraient que nous allions à l’étranger, Espagne qui d'ailleurs a beaucoup fait pour nous, en Argentine, au Canada etc. mais pas en France. Pardon, mais n'est-ce pas honteux ! Et tout cela, je regrette de le dire, mais c’était orchestré par la Gauche communiste et socialiste de l'"époque... Ceux-là même qui aujourd’hui prétendent nous faire des leçons de solidarité, de fraternité, de charité, d’ouverture, d'égalité pour accueillir, accompagner, aider, héberger... Mais ils n'étaient pas seuls, il y avait aussi ce "peuple bien-pensant" gauche et droite confondues, cathos pratiquants ou moins qui à cette époque -là faisaient comme ceux d'aujourd'hui “la loi de la pensée unique”. Les français de Métropole avaient lâchement, lors du référendum acté par De GAULLE et son gouvernement, abandonné l'Algérie Française et leurs frères, puisque c'est un référendum où le peuple français d'Algérie ne fut pas autorisé à voter, (et la démocratie, ou est-elle ? Dites-moi !!!). Ils nous en voulaient, grâce à la désinformation faite à cette époque-là, parce que la Métropole avait le sentiment d’avoir envoyé ses fils se faire tuer pour nous et pour rien !!!!

QU’AVONS-NOUS FAIT ALORS ?

Nous nous sommes éparpillés une peu partout, nous avons serré nos mâchoires, et avons essayé dignement de nous taire et de ne pas vivre en victimes.

Nous avons comme nous le faisions sur la terre de nos "racines", où nous avons laissé notre histoire et nos morts, c’est-à-dire nous avons travaillé, entrepris, créer, et partager, participer au développement de notre pays, souvent et toujours sans rien attendre parce que nous sommes un peu à l'esprit des" américains qui ont construit un pays", qui pionnier, qui entrepreneur, qui engagé, qui autonome et aussi indépendant, qui battant, qui responsable et je suis certain que nous avons insufflé à ce pays, notre Nation, un esprit d'engagement et d'entreprise, il n'y a qu'à voir dans l'industrie, la culture et les arts, la science, la politique, le social combien de pieds noirs ont pu promouvoir une image dynamique de la France

Je reviens toutefois à ce qui fait ma révolte dans cette communication permanente ces derniers temps sur cet esprit de repentance qui sommeille et se réveille chez tous ceux qui de près ou de loin se sentent si peu FRANÇAIS qu’ils renoncent à leur identité et qu’ils crachent sur leur HISTOIRE et leurs ORIGINES… Je m'interroge et m'interpelle au regard des agissements et des conduites qu’adoptent Dirigeants Politiques et leurs affidés ces dernières années et développent, sans aucune considération pour notre Histoire, pour notre Pays, la France, et pour ces hommes( nos Ancêtres dont nous devrions être fiers) qui l'ont incarnée et faite quels que soient leur manque, leur faiblesse, leur incapacité dans certains domaines dont ils avaient la charge, leur incongruité, leur faute...

ET ce qui est plus grave encore, c’est que ce sont nos "Pères" quelque part, et nous cultivons inlassablement, sans cesse, avec une immaturité et une inconséquence stupéfiantes et sidérantes « cette pathologie » dont nous souffrons invariablement et indifféremment, du déni d'accepter la réalité telle quelle est, et de faire cette mauvaise guerre de "tuer le père ", sans jamais se remettre de sa culpabilité chronique maladive. Encore là, une très mauvaise gestion de son œdipe !!!

L'histoire de nos parents est celle d'une France Universelle, celle des Lumières, celle dont l'Esprit et le Sens HUMANISTES n'ont pas d’équivalent dans le Monde, une France Forte et influente, une France Séculaire née d'Hommes et de Femmes qui ont marqué et marquent encore le Monde d'aujourd'hui...Mais certains illustres avaient déjà constaté ma propre perception La France Universelle « mère des arts, des Armes et des Lois »disait Du Bellay est devenue moribonde sous les coups des Lumières et des Humanistes. JL. Debré ex-président de l’Assemblée nationale » La France fut la première Nation d’Europe et du Monde, la fille ainée de l’Eglise depuis 1600 ans. Aujourd’hui c’est un paillasson dévoré « par la haine de soi »

Et nous nous cultivons à souhait la peur et l’anxiété, à un niveau si pathogène, que nous n’osons pas, nous manquons d'audace, nous manquons de courage, nous refusons l'ambition en le justifiant sous son angle défavorable, nous vivons dans le culte du "Si j'avais...", "Si je pouvais...", " Si j'avais... Les moyens... L’idée. La possibilité..."

Nous fonctionnons et procédons dans le j'aimerais..., je voudrais bien..., il se pourrait... et peu ou jamais dans le « je peux..., je veux..., je fais... je m'engage... tout cela parce que depuis notre berceau, nous vivons et sommes inscrits dans la culture du "Gare et/ou Attention si tu agis, fais, acte, procède tu RISQUES de ... ou « il y a des contraintes et difficulté de ce point de vue si... »

Donc nous avons (et/ou sommes) "castré" l'audace, le courage de, soit l'esprit d'entreprise, le sens et le goût du risque de prendre et/ou à prendre, le fait d'assumer son échec, qui est quoi que l'on fasse toujours possible... Mais cela fait partie des enjeux toute la sa vie durant !!!

Ainsi nous vivons dans l'idée permanente de notre échec possible, et/ou de notre chute potentielle. Comment entreprendre alors ???? D'où la frustration, l’éternel désir, échec du rêve, tout autant que le rêve est l'échec du désir...Je voudrais bien, mais j'peux point !!!

--De même nous envions le riche, et pour se justifier dans cette envie et désir de l'être et/ou de ne pas pouvoir l'être, nous l'accusons d'être chanceux, pas nous, d'être plus ou moins « bandit "ou maffieux, bref d'avoir gagné frauduleusement, d'être privilégié comparativement à soi et ainsi mérite d'être dépossédé, ou encore que son argent soit partagé avec soi!!

--Nous abhorrons le patron parce qu’il est supposé s’en mettre plein les poches et vous faire suer le burnous !!!

--Nous abhorrons l'entreprise et son chef parce qu'il distribue le fruit de votre travail aux actionnaires et pas à vous en négligeant le fait que les actionnaires sont des gens comme soi et qui placent leur argent dans l'entreprise, donc un risque de gagner et/ou de perdre. Et oubliant que les entreprises ont besoin d'actionnaires pour permettre d'investir, de développer une entreprise....

--Nous n'aimons les premiers, ni l'être surtout parce que l'on a peur de ne pas réussir à l'être et assumer le risque et le courage qu'il faut pour y parvenir et l'assumer et l'assurer...

En fait nous sommes malades de notre déni de courage, de sens de l'engagement et nous cultivons avec un goût obstiné la peur d'entreprendre et de prendre des risques quels qu'ils soient et ce qu'il en résulte et après noud pleurons sur nous et notre sort !!!

Mais bien sûr nous rendons responsables de cet état de fait les conditions, les circonstances, les évènements, le système de notre paresse à agir… Il est vrai que nous passons notre temps à inventer des lois pour cela !!! Ainsi nous générons une attitude profil bas que nous n'acceptons, mais que nous avons choisi d’être et on se plaint.

Il en est de même dans ce problème de sentiment de repentance.

Notre profonde pathologie se démultiplie sur l'ensemble des domaines de notre action. Ce qui est aussi insupportable, pour le vieux ringard que je suis, c'est de voir la génération des gouvernants modernes et/ou pseudos de notre pays étaler leur inconséquence, leur impuissance et leur incapacité à assumer le Poids de leur charge et la puissance institutionnelle de leur Fonction, ou tout simplement l'AUTORITE et ainsi de DEVALORISER, DENATURER L'IMAGE ET LA NOTORIETE D'UN ETAT dont ils ont la charge et la Responsabilité.

Ainsi fait que dans tous ces pays et régions dans lesquels nous eûmes une présence coloniale et/ou une influence politique et militaire plus ou moins forte, nos Dirigeants se répandent en en sanglots de pénitence et de repentance. Et avec l’ALGERIE, c’est le pompon ! Non seulement nous les recevons, leur permettons de vivre honorablement, d’exercer leur religion en construisant des mosquées, d’avoir du travail … Nous sommes partis D’Algérie en leur laissant un pays moderne qu’ils n’ont eu de cesse de laisser aller à la misère et la corruption, nous leur avons laissé tous nos biens matériels et n’avons jamais été indemnisés, mais encore il nous faut baisser le front devant eux, faire allégeance, alors qu’ils ont été largement plus odieux, plus meurtriers, plus terroristes et qu’ils continuent de l’être car ils n’aiment pas notre Pays et son peuple !!! Ils revendiquent que l’on s’excuse…. Mais de Quoi ? et à quel titre ???

Ce n’est pas en perdant Marianne qu’on incarne sa mission et sa fonction de Président de la République. (Écrit par GUY MORENO Clinicien d’entreprise avril 2016)

Catégorie : Reflexion édité le 01 Mar 2020 à 7h05.
Pas de commentaire.
Ajouter un commentaire





Je confirme ne pas être un robot

2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise