ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
LA FONCTION CADRE PATHOGENE; ANXIETE/SANTE/MANAGEMENT TRILOGIE INSEPARABLE D'UNE GOUVERNANCE

Présentation ; GUY MORENO (82ans le 11 février prochain), retraité depuis avril 2009, ex-chef d’Entreprise, traitant des RH au sens noble et « moyenâgeux » du terme, regardant son UNIVERS  avec l’œil clinique c’est-à dire avec un logiciel approchant  celui-ci sous un angle mi-clinique, mi-sociologique, - Diplômé Sciences humains sociales et cliniques (1961), - Successivement psychotechnicien au sein de la Formation Professionnelle pour Adulte (DDTMO), -  Cadre du personnel & RH en sidérurgie/Métallurgie, - DRH en PME Electricité Générale & Industrielle, - Fondateur et Chef d’entreprise de MORENO INTERNATIONAL (Durant 50ans, Sa, Conseil direction  en Exécutive Search, Management/Audit HUMAIN/Développement Personnel et Professionnel/Coaching Dirigeant), ECTI ( Retraité/Bénévolat de compétence) transmise à mes enfants en 2009

                                                           -----------------------------------------------

PREAMBULE ;

Au-delà des activités de Recrutement/Exécutive Search de Dirigeants et Cadres moyens et supérieurs, d’Audit Humain, d’Out-Placement, de Développement personnel et professionnel, de Coaching, j’avais aussi créé un département « CLINIQUE D’ENTREPRISE » dès 1968-70 car j’étais de par ma formation sciences humaines cliniques très intéressé par le traitement des problèmes de L’ANXIETE et ses conséquences sur le comportement et l’action Managériale des Dirigeants et Cadres, et nous voulions nous préoccuper  plus de la Santé Mentale des Cadres en Entreprise. Nous étions déjà présomptueux !

Nous avions démarré cette activité, en Belgique car Pays plus ouvert et sensible à notre démarche  Conseil avec approche Clinique, avec l’un de mes DG de l’époque Jean-Pierre Niquet (Psychanalyste de sensibilité Junguienne) sur notre filiale de Belgique (Bruxelles-Charleroi) et étions intervenu sous l’action de conférences ateliers à l’Institut de Sociologie Belge, et avions démarré de gros chantiers puis des audits au SOIR (journal de Charleroi), l’Institut des Radioéléments(isotopes), la CDC (câblerie de Charleroi) et autres….

En effet dans le cadre des Recrutements de cadres,  ou encore lors de nos interventions en audit d’organisation et mise en place d’organigramme grâce à nos outils psychotechniques ou psychométriques (fort décriés par les candidats et le monde des médias , qui se faisaient les portes voix), nous nous étions rendu compte de ce que les niveaux d’énergie/activité, aussi d’affirmation/autorité/engagement, également de stabilité émotionnelle/Optimisme/pessimisme, voire aussi d’objectivité/subjectivité, même de masculinité/féminité étaient influents dans le mode de management et conséquents dans l’exercice des conduites , comportements, postures managériaux et qu’ils pouvaient troubler l’efficacité de l’ambiance et des structures humaines  selon leur maîtrise en matière  de stress, d’anxiété.

Tout un chacun, expert en... et/ou pseudo et consort, écrit, définit, édicte des réflexions, des analyses, des définitions aussi pertinentes que théoriques sur "le MANAGER, son rôle, sa mission, son statut, etc.." en ne regardant que les aspects traditionnels convenus, culturels, organisationnels et fonctionnels qui peuvent être enseignés, mais en s’exonérant habilement des fondements de la fonction du Manager/Dirigeant/Leader/Chef, comme si l’équation personnelle au sens psychologique était si évidente et/ou portion congrue…Oui, pour ce qui me concerne, cette fonction repose sur la SEULE DIMENSION HUMAINE, en conséquence sur la PERSONNALITÉ/CARACTÈRE.

Ainsi peut-on se poser la question "Est-ce un HANDICAP ET/OU une FORCE POUR MANAGER ?

Mon expérience de clinicien d’entreprise et de conseil de direction, m’a permis de voir combien la personnalité des dirigeants, cadres dirigeants, chefs d’entreprises impacte de façon notable, quoique diverse, la conduite et la gouvernance, la stratégie et même la structure de leur Entreprise. Elle influence indiscutablement le climat l’état d’esprit de l’organisation. Il y a pour l’attester abondance de preuves formelles, empiriques ou anecdotiques.

J’ai souvent été frappé par l’influence diverse dans ses formes, singulière aussi parfois jusqu’au drame dans ses effets que les tendances psychiques des dirigeants avaient sur la définition des stratégies, sur les styles managériaux et commandements, sur les prises de décisions, sur la structure même de l’entreprise. Pardon de faire une disgression mais ne le voyons-nous pas de visu et de facto, même in vivo dans notre actualité en regardant nos Dirigeants… Voyez comment depuis 15 mois nous sommes dirigés ! Mais pas que….

Notre constat s’appuie sur le fait que les défauts de fonctionnement les plus répandus concernent les dirigeants en tant qu’individus et aussi bien les relations hiérarchiques, que le comportement des groupes, ou encore le mode d’adaptation de l’organisation dans son ensemble.

Aussi au cours de mon parcours d’auditeur d’entreprises, qu’il s’agisse de TPE ou PME/PMI ou de groupes industriels, j’ai pu étudier et faire le constat suivant

L’entreprise est le prolongement du corps du chef d’entreprise et de ceux de ce qu’on appelle la garde rapproché ou comité de direction. 

Elle est à ce titre, le théâtre par lequel il met en scène ses fantasmes et l’expression inconsciente, subconsciente, et consciente de ses conflits internes et ses projets de vie.

Les hommes qui figurent sur la scène de ce théâtre sont les acteurs et/ou « marionnettes » dont les rôles, missions et fonctions expriment ou mettent en œuvre et en application pour les uns des projets et desseins cohérents du dirigeant, pour les autres des projets contradictoires qui sont source de freins, d’inertie, de rupture, de crise.

Parlant de fantasme, je ne parle pas de ce phénomène capricieux, fantasque de la rêverie, mais des structures psychiques compliquées et stables qui sous-tendent les comportements observables de la vie en "société". qui va mettre en oeuvre une histoire qui lui ressemble surtout, et dans laquelle selon son équilibre psychique et psycho-affectif profond cette histoire s'inscrira dans la durée, l'épanouissemen, la survie, l'échec. Les fantasmes qui prédominent chez l’individu viennent des scènes essentielles de son « théâtre intime », de son univers subjectif. Ce sont les matériaux avec lesquels se bâtit un style névrotique donné et par conséquent les déterminants d’un comportement durable.

Le terme de Marionnette n’est guère péjoratif ici, mais il faut savoir admettre que nous sommes chacun à notre façon acteur intermittent ou non et/ou permanent qui « S’INTERPRETE » librement ou non dans des lieux, situations, circonstances, évènements, conditions, temps, divers et variés, et que nous sommes encore le « produit » de notre histoire personnelle en action.

Ceci signifie que notre personnalité/tempérament influe par ses comportements sur le style ou le mode de fonctionnement de la conduite managériale de l’entreprise. Quand je souligne ces aspects de durée, d’épanouissement, de survie, d’échec j’aimerais faire partager cette délicate construction du MOI de chacun ;

               LA PIECE MAITRESSE SUPPORT DU   MOI   ET   DE LA   PERSONNALITE   EST :

                                                               L’AMOUR

Pour SOI… , De SOI… , EN SOI… , Des AUTRES... {besoin et/ou désir de nourriture affective suprême de Chacun} …(dans son acception la plus large Amitié, affection, reconnaissance, confiance, estime, identité en tant qu’originalité, individualité, etc… }

Et son corollaire qui conditionne et sous-tend ce que l’on dénomme couramment le STRESS de et chez l’homme soit : ( reconnu et/ou non) par chacun cette

                                                    PEUR DE L’ECHEC (*1)

qui nous « étrille » bon gré, mal gré de façon invisible…est accélérateur de stress…Car depuis le premier souffle et cri de notre vie, jour béni par Dieu et nos 2 géniteurs, ce jour où chacun regarde cette progéniture comme la « septième merveille du monde », où nous sommes sortis et survenus avec cette « charge » de devoir exister en réussissant ad vitam.

Le regard des autres sera à jamais le MIROIR dans lequel nous nous projetons pour ce DEAL si complexe d’ÊTRE UNIQUE et RECONNU DANS SA DIFFERENCE par notre Altérité.  

Ainsi fait quel que soit notre prétendu « fanfaronnade » de ne rien attendre des autres nous cherchons désespérément à assurer notre survie, notre identité pérenne…

______________________

(*1) Imaginons « peur de l’échec » comme la crainte d’une sanction naturelle et normale de la vie pour soi… L’échec est pour chacun d’entre nous un moment pénible où la « récompense » négative qui survient nous atteint intimement et peut être selon notre structure de personnalité plus dévastatrice chez l’un que chez l’autre. Dans tous les cas de figure nous sommes concernés très directement, et/ou indirectement aussi. Il reste toujours plus ou moins traumatique tant il est le reflet mauvais de l’Image de Soi. Il pourrait être le moment d’une(re) configuration bénéfique, si l’individu sait faire un examen de conscience sain et adulte.

________________________________

AVANT PROPOS ;

Cet article est quelque peu le produit d’une réflexion-réaction « aboutie », je le pense ainsi, devant 30 années qui nous ont menées, quels que furent les Gouvernants au pouvoir, au constat d’une faillite politique, sociale, sociétale, économique, financière, que le CORONAVIRUS/COVID 19 par son effet de loupe sur la politique erratique de SANTE PUBLIQUE a dévasté violemment en mettant à nu toutes les failles de notre système politique et social. Un peu comme si depuis CH. De GAULLE, père de la 5eme République, la seule transmission réussie fut la CONSTITUTION c’est-à-dire le CADRE (lois, règles, normes et principes) législatif et moral froid, et moins le » sang et sa chaleur » du Géniteur…

Quels que furent les successeurs et leurs sensibilités diverses ils se vêtiront tout au fil du temps de la « Taille Industrielle » du costume, non de la dimension affective humaine… Ils ont plus ou moins approché la « force technocratique » dépourvue de sa chair sans s’y pénétrer fort, sans en avoir la capacité, terrassés et admiratifs confusément, et de fait impuissants à devenir crédibles (non reconnu par chacun). Ils n’ont « jamais tuer le père » au sens noble du terme, sauf s’en recommander pour se légitimer, et faire pâle copie… De plus nous vieillissons, mais mal parce que nous manquons de cette énergie mâle procréatrice qui pérennise une société, et notre France cherche dans le métissage des genres et des races, et les technologies scientifiques médicales humaines à se reproduire, s’abâtardissant de plus en plus…Hélas comme une fin de règne, de civilisation aussi !!!!

Ce monde constitué de minorités agissantes diverses multiculturelles, multi ethniques, multigenres, multi races menant un » djihadisme » tonitruant et cacophoniquement déraisonnable ou pathologique selon la sensibilité sociale et/ou politique défendue que ce soit celle de l’enfant, la femme, la religion, l’écologie, de la violence faite aux femmes, aux enfants, de l’handicap, de l’homosexualité, du racisme, l’avortement, la pauvreté, l’immigration,  ce monde malade de lui-même  revendique et/ou se revendique d’une justice et d’une tolérance, d’une fraternité-solidarité que  chacune de ces minorités est incapable de s’appliquer à elle-même…

Il s’ensuit un monde délétère, confus, tournant son agressivité contre lui et développant une pathologie dépressive morbide et mortifère. La pandémie n’arrange rien, d’autant que nous manquons d’un chef d’état solide et d’un gouvernement efficace.

J’ai gardé le titre que j’avais donné à l’article édité en 2001 car au cours des années 2000-2005 nous étions déjà en état de crise troublée par l’accroissement du chômage de masse, la mise en œuvre de plans sociaux, le développement et la montée d’un mal être situationnel que d’aucun dénommaient « STRESS » dont le sous-bassement était l’Anxiété que personne n’osait prononcer tant le nom était connotée d’un point de vue psychologique. C’était aussi ce qui allait, devant l’importance de la survenue du phénomène et grande problématique de l’amélioration des conditions de travail et de bien-être de l’homme en Entreprise, donner naissance à ces accords et lois sur les problèmes de qualité d’abord (ISO ET AUTRE), le RSE (risque social d’Entreprise) et enfin le RPS (Risques psychosociaux). Ces accords signés par les organisations patronales et syndicales pour prévenir les risques psychosociaux, deux accords nationaux interprofessionnels ont été signés à l’unanimité par les organisations patronales et syndicales :

  • sur le stress au travail le 2 juillet 2008,
  •  sur le harcèlement et la violence au travail le 26 mars 2010,
  •  sur la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle du 19 juin 2013.

Ces accords nationaux interprofessionnels ont plusieurs objectifs :

  • donner aux employeurs des définitions, des repères pour dépister et prévenir le stress, le harcèlement ou la violence ainsi que les démarches à suivre.
  • rappeler à l’employeur sa responsabilité de déterminer en consultation avec les salariés ou les représentants du personnel les mesures appropriées à mettre en place

Je voudrais réagir sur ce thème de L’HOMME, l’ANXIETE, la SANTE MENTALE aujourd’hui en Janvier 2021 ?

Bien que retraité, je suis toujours actif par le biais d’association dont l’objet reste le bénévolat Senior de compétences auprès des hommes et des entreprises. La situation de crise aiguë sociale, politique, économique que nous vivons était déjà présente sous d’autres aspects, d’autres problématiques, d’autres phénomènes de société, d’autres formes, conditions, circonstances qui en étaient le sommier et le matelas…

Ceci veut-il dire que le dicton « les mêmes causes produisent les mêmes effets » a raison. Probablement… C’est comme la Poule et l’œuf dont je parle plus avant…Voilà 15 mois que nous vivons dans une ambiance sociale générale hitchcockienne, délétère, morbide, confectionnée et entretenue savamment par Notre Président de la République, son Gouvernement, les Comités de Conseils Scientifiques de la Santé, et autres officines et organisations d’aide à décision, le monde des Médias et leurs hérauts. Tout ce petit monde répand, infuse, instille, inocule une terreur dans les esprits et les consciences humains, anxiété, angoisse de mort…

Bien entendu, je dérange toujours mon environnement avec mon logiciel de clinicien « longue-vue acérée » qui m’est propre et passe toujours pour l’empêcheur de tourner en rond, mais interrogeons-nous rigoureusement, et voyons avec lucidité et sans « dégénérescence maculaire avancée » la vie telle qu’elle nous est présente…

ETAT DES LIEUX DE LA SITUATION SOCIALE/POLITIQUE/ECONOMIQUE ;

Voilà 15 mois que du matin au soir on nous assène et rebat les oreilles d’une épidémie-pandémie virale et meurtrière à souhait. Tout le monde sait, mais ne veut pas l’entendre, comment et pourquoi elle s’est répandue… Certains ont même dit « le virus n’a pas de frontières, il circule librement » et pour cause !!!

Comment vivre dans le déni total refusant de voir que l’avion, le bateau, le train transporte le virus (hommes, containers, marchandises, frontières ouvertes) … En effet rien n’arrête ce satané virus né d’une alchimie mal contrôlée entre l’homme et l’animal de compagnie et/ou que l’on mange, que l’on cuisine….

Nier l’évidence de la main humaine dans cette pandémie c’est vouloir nier le virus lui-même et sa dangerosité…

Nier notre incapacité propre en tant qu’humain à vouloir comprendre l’ensemble des mécanismes intellectuels et physiques qui se mettent en route et en place et qui empêchent la rationalité de faire son œuvre, c’est se masquer en s’abritant par l’émotion victimaire affichée de sa non responsabilité/culpabilité.
La pratique du « ce n’est pas moi, c’est toi, et/ou c’est l’autre » qui traduit cette démarche ne permet en rien également de trouver des solutions efficaces et de prendre des décisions efficaces. Et ce que font nos Dirigeants de Gouvernements et/ou chef D’Etat de chacun des Pays qu’il s’agisse de la Chine d’abord d’où est parti le Coronavirus/covod19, puis L’Amérique, puis l’Italie, puis la France qui en plus est allée sous le principe faux de l’alibi de sauver ses citoyens résidant en Chine, puis l’Allemagne, L’Espagne et tutti quanti, n’est-ce pas ?

Et pour justifier le tout, l’on nous a inventé des modes et conditions relationnels en s’appuyant sur des rationalisations apparemment logiques, donc indiscutables et parfaitement dignes des jeux que l’on apprend en « centre aéré » avec des animateurs éclairés et sachants.
Le fait que cette vraie et/ou fausse vraie maladie attaque d’emblée notre appareil respiratoire et nos poumons, on s’est enfin aperçu que l’on respirait (nez + bouche) et que l’on parlait (bouche) et que l’on envoyait aussi des postillons (par aérosolisation) et qu’ainsi nous pouvions » arroser » nos voisins et les contaminer…  Moi, je pensais que depuis ma naissance je vaporise mon altérité, et que j’ai passé 82 ans de ma vie à avoir des rhumes, des grippes, des maux divers sans me masquer, sans cracher dans mes coudes avec mon nez (rendant mes manches sales et contagieuses, y avez-vous pensé ?), me lavant les mains après pipi et caca, allant en réunion, en conférence, au spectacle, acheter des vêtements que j’essayais dans le magasin et jusqu’ici j’avais réussi à vivre ma vie personnelle, sociale, professionnelle, publique sans attraper quelque mauvais virus me faisant trépasser….

Et si nous regardons tous en arrière, chacun, autant que faire se peut de façon sérieuse et logique, comment nous vivions avant la survenue de ce virus démoniaque, qu’il y ait danger sanitaire ou autre aussi dangereux, nous étions sans les masques et/ou les gestes barrières… Il pouvait se faire qu’il y ait  péril pour chacun dans le monde, mais c’était une probabilité comme une autre…C’est comme une loterie, certes malheureuse pour celui ou celle qui en était touché, mais la vie est ainsi faite, hélas !!!!
Il n’est guère dans mon intention de vouloir refuser de nier, de voir la situation d’aujourd’hui, mais de voir certaines évidences qui étaient le cours de nos vies avant la pandémie… Anecdotiquement j’ai eu des proches fort touchés par ce satané virus, et j’ai même perdu des amis très chers et j’en suis désolé.

Alors bien sûr il y a eu des épidémies, des pandémies par le passé la peste, le choléra, la grippe asiatique, puis espagnole, puis h1n1, puis le sida et il y a eu des morts par milliers, millions aussi et c’est dramatique, regrettable mais cela est le risque naturel d’une vie et qui peut toucher n’importe lequel d’entre nous…

Mais faut-il pour autant une dictature sanitaire comme c’est le cas depuis 12 mois ?? Est-il normal sinon humain que depuis un an à cause de cette pandémie le virus s’introduit et s’immisce dans nos vies personnelles et intimes pour casser, détruire, dévaster la vie de chacun, la relation à l’Autre, la relation d’amour avec son altérité ?? Est-il normal que l’on soit parvenu à trouver normal, la discrimination positive et aussi négative de ne plus aller voir ses géniteurs, sa famille, ses aïeuls à l’hôpital, et/ou en maison de retraite, et/ou en EPHAD ??

Est-il normal, logique que l’on soit parvenu à accepter l’injonction selon laquelle nous mettrions en danger nos parents âgés de +60 ans ????

Est-il normal, logique terroriser une population au point de la rendre craintive, peureuse, anxieuse, angoissée en la rendant responsable et coupable d’une mortalité dont les chiffres sont faits pour effrayer ??? Est-il normal d’infantiliser un peuple et de le faire comme si c’était pour son bien ???? Quelle perversion, n’est-ce pas ????

Dans cette crise sanitaire, nous avons pris conscience de ce que 4 décennies de GOUVERNANCE ERRATIQUE ET IRRESPONSABLE  nous conduise malgré nous dans l’impasse totale et démontre , s’il en est, que notre fierté concernant notre système de protection sociale  n’est qu’une « tartarinade »  de plus et qui témoigne  de notre impéritie en matière de politique de SANTE PUBLIQUE ET PRIVEE.
Le manque réel du sens de la prévision, de l’anticipation, notre carence en matière de lucidité, de réalisme, notre absence de discernement nous a montré  de facto, du moins je l’espère, notre faillite vis-à-vis des masques, des tests, du traçage, des équipements et moyens médicaux, des contrôles, de la vaccination maintenant, des prises de décision confinement/reconfinement, du système « quoi qu’il en coûte » mis en œuvre, l’inconséquence avérée concernant les dommages collatéraux du fait des actions mises en place ; mortalité accrue dans EPHAD, santé Mentale, suicides et tant et tant…dont le « meurtre » avéré de l’économie toute entière.

Comment oublier aussi cette communication manipulation de masse logorrhéique, cacophonique où le Journaliste se mue en Monsieur Loyal, deus ex machina de l’info, chef de plateau radio et/ou télévision et qui pour se valoriser et donner de la force à son show choisit des invités experts autoproclamés réels et/ou pseudos dans leur domaine ? 

Comment oublier cette « com » qui fait naître des pseudo stars qui finissent par se « tuer » elles-mêmes et entre elles tant elles sont parfois dans l’absurdité, finissent par dire tout et le contraire de tout ? Comment oublier que trop de « com », tue la « com » ?

Comment nier que ce faisant on instille, perfuse, inocule dans et les consciences humaines de l’inquiétude, de la peur aussi, puis de l’anxiété qui selon les structures de personnalité se transforme en angoisse et se traduit par démoralisation, démotivation, dépression, et maladies psychosomatiques diverse ??

Comment nier l’évidence qu’une ambiance hitchcockienne ne débouche pas sur des drames humains ?
Est-il logique ou normal de décider de fermer les petits commerces qui seraient du fait de leur superficie plus contaminant que les grandes surfaces ? Est-il logique, normal de fermer et/ou d’enfermer par couvre-feu les gens considérant qu’ils seraient contagieux dehors et moins dedans en famille ?  De même quelle est la logique sanitaire qui fait qu’à 6, tout va bien et au-dessus non ? Quelle est la logique sanitaire de 1m de distance d’abord, puis 2m ensuite, puis 10m2 en magasin ?

Le plus stupéfiant et/ou sidérant dans tout cela c’est la capacité de soumission des humains soumis à ce régime pernicieux et pervers !!!!!!!!!!! Mais il est non moins sidérant de voir avec quelle production et productivité les décideurs se complaisent dans leur exercice, qui plus est avec des mises en scènes ubuesques et pathétiques sinon pitoyables !!!!!!

Alors naît ici et/ou là, grâce à confinement des ressources humaines, quelques « furoncles ou abcès » plus ou moins génération spontanée présumés et /ou prétendus artistes avec des followers/fans désœuvrés et susceptibles de consommer du n’importe quoi, quelques insatisfaits en inadéquation avec eux et leur environnement, tant la dichotomie affective des besoins et/ou désirs non parvenu à maturité les amène à se quitter en croyant changer d’alvéole ou de statut d’échec et faire tout simplement, ce qu’ils ne s’avouent ni ne reconnaissent nullement, un voyage d’aventure et de liberté fantasmée dont les gains seront hypothéqués et perdus enfin…

Il naît aussi, devant cette « noirceur hitchcockienne », des intermittents créateurs de toute sorte, auto-entrepreneur, micro-entrepreneur, « startupiste » rêveur éveillé, tous spécialistes du « ÊTRE SOI », du devenir son propre maître, du nouvel Homme, de l’entrepreneur conquérant, sachant que pour ce deal entrepreneurial cela impose un souffle de vie personnel intrinsèque durable et soutenu et que gagner son salaire impose aussi des qualités humaines à l’énergie sans faille… ce que ces entrepreneurs n’ont pas toujours imaginé fondamentalement !

Comment ainsi dans une telle situation sociale, politique, économique « décapitée », ayant perdu tout ce qui fait SENS dans ce qui est UNE VISION, UNE CULTURE, UNE IDENTITE, UN PROJET DE VIE & DE SOCIETE, s’étonner que nous vivions dans un stress permanent, une anxiété fluide à tous les niveaux, comment s’étonner que le Peuple et ses Humains soient perdus et exigent un CAP, un BUT ??

Comment tresser des lauriers à un Président de la République et son Exécutif de Gouvernants sachant que le « quoi qu’il en coûte », quel qu’en soit sa réalité pratique n’a pas servi ni produit ce pourquoi il fut mis en œuvre et en place ? Les conditions d’octroi et les différences particulières et singulières de ses bénéficiaires possibles et/ou probables et/ou potentiels sont telles qu’à l’usage ce sera la « montagne qui accouche d’un trou de souris »et une  cata humaine  enfin !!!!

Le monde de l’économie française (TPE/PME/PMI/ME/ETI) est sous capitalisé en matière de fonds propres et capitaux propres. Et les milliards que tonton Cristobal annonce à bouche que veux-tu et avec le ton faussement solennel, ne permettront pas de sauver grand-chose !!!

En France, 3,3 millions d’unités légales exercent une activité dans les secteurs principalement marchands, hors agriculture et services financiers., Parmi elles, 2,1 millions, soit les deux tiers, sont des très petites entreprises (TPE) emploient 2,3 millions de salariés, soit 19% des effectifs du champ principalement marchand non agricole et non financier ; 97% des entreprises françaises, alors que les PME, soit celles qui emploient de 20 à 250 salariés n’en représentent que 3%, les grandes entreprises (250 à plus…) constituent tout juste 0,2% de ce tissu des Entreprises.

Les TPE, incluant notamment les artisans, représentent plus du tiers de l'emploi en France : 37%, contre 27% pour les PME et 36% pour la grande entreprise. Elles produisent à elles seules 28% de la valeur ajoutée en France, contre 25% dans les PME et 47% dans les grandes entreprises. Ces chiffres peuvent paraître surprenants car les médias semblent, dans leur rubrique économie, ne traiter que le cas des grandes entreprises, qu’il s’agisse de parler de leurs bilans financiers ou des conflits sociaux nombreux qui s’y jouent. Ce parti pris consiste donc à se focaliser sur à peine 3 % des entreprises françaises alors que les TPE, et plus encore lorsqu’elles sont associées aux PME, constituent le premier employeur de France en en représentant le tissu économique le plus important. Les PME et TPE jouent, d’autre part, un rôle primordial dans la création d'emplois dans de nombreux pays : d'après des études menées par l'OCDE, les PME représentent, suivant les pays, entre 95% et 99% des entreprises et entre 60% et 70% des créations nettes d'emploi. Ainsi sait-on quelle est la première entreprise française ? L’artisanat, Que les PME de moins de 50 salariés représentent 99 % des entreprises et 55 % des emplois ? Les petites structures sont le véritable moteur de l’économie française.

Les TPE pour près de la moitié n’ont qu’un seul salarié, le chef d’entreprise, qui ne bénéficie d’aucune couverture et/ou protection comme un salarié traditionnel ; celui-ci risque d’être pénalisé par la situation actuelle du « quoi qu’il en coûte » et d’avoir la double peine « perte d’emploi et son entreprise » et sera aussi devant ses dettes à payer…A souhaiter que des dommages collatéraux ne se montrent pas comme divorce et autre….

Tout cela pour dire que dans le titre « LA FONCTION CADRE EST PATHOGENE », c’est moins le statut social de Cadre que je visais, que la « FONCTION/MISSION DE L’HOMME » et que cette situation mondiale dans laquelle nous sommes est le Résultat, la conséquence de la » MAIN » HUMAINE…

Ange et/ou Démon, Dieu et/ou Diable, l’HOMME recouvre ces identités tout au long de sa vie, et reste son propre prédateur selon le type de personnalité et sa construction, selon les environnements, les conditions, les circonstances, les situations, les évènements…

Lorsque je parle de l’HOMME c’est cet HOMO SAPIENS, L’HOMME avec un grand » H », peu importe qu’il soit homme ou femme et/ou femme…
Ce qui est vrai cependant c’est que cet HUMAIN ne peut vivre sans être dépourvu de ce ressort intime qu’est le stress.

Le stress est virtuellement et fondamentalement en NOUS, en SOI.

Nous le créons et le provoquons, c’est un état d’alerte inné et de vigilance active qui déclenche des réactions appropriées ou non à une demande ou à une contrainte de notre environnement. Il est conditionné par la pression que nous nous mettons lors de notre « rencontre » d’éléments, d’évènements de facteurs divers, de situations, de personnes ou personnages qui peuvent constituer une atteinte, une agression, un danger pour l’intégrité de notre « EGO » selon notre propre capacité et aptitude à gérer notre anxiété.

Il y a le bon et le mauvais stress.

Le mauvais stress : le stress est nocif lorsqu’il est subi, exploité avec des intentions manipulatrices, lorsqu’il prive l’être humain de son libre arbitre, de son autonomie d’action, de sa créativité. Il est souvent à l’origine de maladies psychosomatiques graves et coûteuses pour la collectivité.

Le bon stress : peut en revanche apparaître comme un stimulant apportant une émulation, une contrainte acceptable et acceptée. Il peut alors agir comme une tension sur un caoutchouc, tant que celui-ci n’est pas sclérosé, soit par une trop grande accumulation de stress, soit par une anxiété présente ou latente.
Comment gérer le stress et l’anxiété des cadres ?

Vaincre les Stress et repotentialiser son capital humain c’est nourrir l’efficacité managériale….

Cela dit j’aimerais faire un peu l’inventaire de ces termes que souvent chacun emploie grâce à la vulgarisation de la PSYCHOLOGIE avec ou non leur réelle signification et ce qu’ils contiennent autrement que l’habituel langage qui enlève parfois la densité et le poids de leur signifiance, c’est le cas de le dire, qu’ils ont…. Ainsi pardonnez-moi des quelques définitions qui suivent :

STRESS ;    Réponse de l’organisme aux facteurs   d’agressions physiologiques et psychologiques ainsi qu’aux émotions agréables ou désagréables qui nécessitent une adaptation…  Etat de tension d’ordre physiologique (tel que ; impatience, agitation, refus de détente ou d’abandonner, irritabilité, éclat de colère, sensibilité refoulée,  suppression des besoins physiques et nerveux du corps, contenir sa fatigue et sa dépression en restant actif, angoisse,, résistance à la pression submergée, capacité diminuée pour faire face aux difficultés et à l’opposition, etc…), et psychologiques(insécurité affective, mené par ses désirs et ses espoirs, perte d’estime, sentiment d’appartenance en baisse, insatisfaction, déception etc…). Renforçateur   ou négatif Maîtrisable par l’individu, selon qu’il dispose une structure affective émotionnelle ou Stabilité émotionnelle dans laquelle se retrouvent les mots « Optimisme/ Pessimisme » Ainsi fait pour faire rapide celui qui détient la qualité d’optimisme sera nécessairement plus outillé pour mieux vivre son stress que celui qui est pessimiste plus sensible, inquiet, vulnérable… Il faut y ajouter une relative puissance d’action d’affirmation personnelle…

ANXIETE : « Etat d’angoisse (considéré surtout dans son aspect psychique). Ce serait donc une disposition d’esprit permanente et cela concernerait plutôt les symptômes psychiques que physiques »   Inhibitrice, Maîtrisable en partie  

Implique Ressource d’énergie suffisante Affirmation personnelle Objectivité Remise en cause

ANGOISSE ;  Latin : angustia « Etroitesse, lien resserré » « Malaise psychique et physique, né du sentiment de l’imminence d’un danger, caractérisé par une crainte diffuse pouvant aller de l’inquiétude à la panique et par des sensations pénibles de constriction épigastrique ou laryngée. Ce terme est souvent employé pour les manifestations physiques qui surviennent par crises

PEUR :  « Phénomène psychologique à caractère affectif marqué, qui accompagne la prise de conscience d’un danger réel ou imaginé, d’une menace ». C’est donc une réaction émotionnelle face à une danger réel ou imaginaire.

Peur et anxiété sont des émotions très proches. Il existe une forme d’anxiété qui est très proche de la peur que l’on appelle « PHOBIE » et qui correspond à une peur anormale et démesurée d’une situation ou d’un objet.

PANIQUE :  Anxiété aiguë et intense Sentiment qu’une catastrophe est imminente. Désir irrésistible de fuir, d’obtenir de l’aide

L’entreprise oppose aux Dirigeants, Managers et DRH d’aujourd’hui et toujours un terrain sur lequel les paris ne sont jamais gagnés d’avance car l’HOMME, confusément « psyché » et « soma », doit être Une RESSOURCE présente et intégrée au bilan social de l’Entreprise.

La FINALITE de l’entreprise est fondamentalement HUMAINE, et par conséquent ECONOMIQUE. Elle écrit son expression managériale à travers ;

>>> Une VISION et un PROJET stratégiques clairs

>>> Une ORGANISATION rigoureuse fonctionnelle précise et rationnelle

>>>Une ANTICIPATION et un DEVELOPPEMENT industriels, commerciaux, humains,

>>>Une INTEGRATION, FIDELISATION, et une saine GESTION du PLEIN EMPLOI des TALENTS,

>>> Une CAPACITE à ÊTRE une ECOLE DE VIE

Nous parlons tous de Santé Physique et mentale de l’Homme, de conditions de travail adéquates pour son expression, son bien-être, son efficacité et vouloir sauvegarder l’Homme et son intégrité, que l’on nomme avec emphase RESSOURCE ET CAPITAL HUMAIN de l’Entreprise.

Nous nous préoccupons et trouvons anormal les déficits de la Sécurité Sociale, de l’Assurance Maladie avec un courroux justifié, et un accent plus ou moins proche de sincérité tout en rejetant sur le système et les institutions (médecins, ministères, gouvernement) et sur ceux qui en bénéficient, le poids de notre responsabilité commune. Nous oublions souvent que le système de protection sociale français, que nous avons enrichi et amélioré d’outils, moyens, modes et méthodes pour garantir une meilleure couverture sociale des Usagers que nous sommes, devient et/ou est devenu trop lourd et nous étouffe financièrement et économiquement…Mais nous nous en fichons refusant de prendre les mesures appropriées….

Nous accusons la route de tuer, le train et la SNCF de dysfonctionnements mécaniques et électroniques, de nous prendre en otage par grève interposée, l’avion de s’écraser, les industriels de l’alcool de pousser à la consommation et de nous pousser à l’alcoolisme, ceux du tabac de fabriquer des cancéreux, la société de nous offrir et  nous donner les spectacles de quartiers et banlieues hostiles, vivant de guérillas et/ou sous l’empire de trafic de drogue et d’armes, tout en négligeant, oubliant, occultant la responsabilité de l’Homme et de sa Main dans ces troubles et désordres.

Car oui, Dans tous ces phénomènes, il y a la main, le cœur, l’intelligence ou la sottise de l’Homme, les pulsions créatrices ou destructrice de l’Homme.

Ne doit-on pas poser une grande question à nos esprits :

Est-ce l’Entreprise qui est auteur ou responsable de la « maladie/pathologie sociale » de l’Homme

ou n’est-ce pas le fait de l’Homme seul du fait de sa personnalité propre et de son hérédité ?

Vraisemblablement les deux.  C’est le problème éternel de l’œuf et la poule !!!!!

Mais voyons un peu ce qu’il en est : l’homme hérite à vie et à mort de certaines capacités et caractéristiques qui seront indissociables de ce qu’il est et fondamentalement inscrit dans son « marbre intime » : son hérédité détermine dans une large mesure le futur cadre de son développement basique, puisqu’il naît blanc ou noir ou jaune, ou métis, grand ou petit, handicapé ou pas, intelligent ou borné ou sot, avec des seuils de perceptions sensorielles et émotionnelles différentes. Cette dichotomie (division, opposition) qui se produit dans la construction de l'Homme, elle se manifeste souvent, entre le dire et le faire, le penser et l’exprimer, le sentiment et la raison, entre ce que d’instinct ou d’inné, mais d'acquis aussi, nous sommes.

On ne peut certes pas occulter le « BAIN » ou « BASSIN » dans lequel nous avons pataugé, barboté, nagé, vécu qui, lui, nous a donné, tatoué, inscrit, ancré et encré, inoculé des modes de fonctionnement, conduites, postures qui vont conditionner notre adéquation et/ou inadéquation sociale.

Selon notre «Structure affective et psychique » (colonne vertébrale émotionnelle et rationnelle, - et que l'on soit d'origine Blanc, Noir, Jaune, Rouge, Métissé -,  nous  produisons la nature de ce « CAPITAL RESSOURCE »où se mêlent confusément , consciemment et inconsciemment, depuis l’origine des temps , et ce pour tout un chacun quels que soient la culture, l’éducation, la morale, la religion, les principes/règles/normes/modèles sociaux, l’appartenance « raciale », la sexualité- en un mot comme en mille , tout ce qui construit un "Être Humain" , SOIT CE QU'IL EST ET AUSSI D'OU IL VIENT.....

Chacun se distingue d’un autre individu par sa combinaison de dons et par la façon dont il s’en sert pour faire face aux pressions extérieures de la vie.

Ainsi les facteurs héréditaires influent sur le comportement général de l’Homme, quant aux acquis issus de l’environnement extérieur depuis le début de notre vie, ils n’ont que peu d’effets directs sur sa conduite personnelle.

En outre, la période importante durant laquelle l’enfant est sous la dépendance de ses parents est un autre facteur dont le rôle est capital sur le comportement de l’individu.

L’Homme est le théâtre de forces multiples qui lui dictent sa conduite et qu’il s’efforce de contrôler du mieux qu’il peut. La gestion de l'Anxiéte-Stress, la Santé Mentale est devenue une priorité des  priorités, pour la santé des hommes et la performance des entreprises. Tout changement de fonctionnement dans un système oppose une notion de « Perte » de repères pour l’homme et lui demande de se réadapter. Tout changement de comportement d’un sujet présuppose un changement de rapport de force.

Marc Aurèle disait ; « Ne l’oublions pas, il y a cette force dissimulée au plus profond de nous-mêmes qui agit sur nos fibres, et nous manipule, c’est d’elle qu’émane la voix de la persuasion, en elle que se tient le tout de la vie, osons le dire, c’est l’homme même », et Adam Smith, l’économiste, considère que les « hommes sont guidés par une main invisible poursuivant des fins qui leur demeure étrangère. Ils n’ont en vue que leur propre intérêt et son les acteurs involontaires de processus économique » (sic)

En 2001, intrigués et fort intéressés par ce mal qui prenait racine et devenait une forte préoccupation de nos clients, et, soucieux de développer notre département d’Audit humain et de Clinique d’Entreprise, d’autant plus que par nos outils d’évaluation lors des recrutements et des interventions d’audit nous constations combien le niveau d’inquiétude, aussi d’anxiété,

Catégorie : Reflexion édité le 05 Feb 2021 à 18h30.
2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise