ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
L'ECONOMIE ... CHACUN PRETEND SAVOIR ? MAIS EST-CE SI SIMPLE?

ON en parle partout  et sur toutes les scènes ; en politique, on l'enseigne dans les Grandes écoles (Sciences pô, ENA, Sup de co, ESSEC, HEC  etc...), dans l'Entreprise dont c'est le lieu privilégié, mais même aussi aujourd'hui avec la pandémie qui depuis 15 mois a asphixié et anesthésié, même aussi détruit tout ce qui donne du ressort, de la puissance et de la vie  à un ETAT, un Pays, un Continent, au Monde entier, sachant que rien de cela ne peut exister sans que lse HUMAINS sans exception aient la VOLONTE ET LA LIBERTE D'ENTREPRENDRE...  Ainsi  je fus intéressé par ce sujet de l'ECONOMIE POLITIQUE & D'ENTREPRISE  d'autant qu'il s'appuyait sur un essai  de l'économiste américain Léonard Read, grand économiste connu mondialement et fondateur de la FEE (Foundation for Economic Education) Chicago et adepte de la main invisible de Adam Smith. L. Read a écrit un essai pour rendre  concret, didactique ce thème de l'ECONOMIE en donnant la parole , tel un ventriloque, à un crayon jaune... Le titre en est " I, PENCIL" (Moi , LE CRAYON)...J'ai donc reproduit le comte de ce crayon qui explique son histoire généalogique depuis avant sa naissance, puis le chemin complexe long et délicat de sa conception, jusqu'à son arrivée dans les mains de celui et/ou celle qui écrit...

J'ai trouvé plus qu'intéressant et si rempli de ce sens des responsabilités, de cette conscience forte et conséquente qui souvent nous fait défaut, tant nous les humains sous des principes sacro-saints divers et variés de justicier, de chevalier propre, de se prendre pour ZORRO, et/ou Robin des Bois, Ivanhoé, les sauveurs écologistes et purificateurs de notre MONDE, et Hélas! nous mélangeons confusément besoins et désirs, rêves et réalités et nous tuons ainsi malgré nous, la Nature, l'Industrie, le Commerce et le reste avec le sens du devoir accompli... Personne n'avait totalement imaginé que le tout électrique, s'il se justifie de quelque manière que ce soit, c'était mettre en péril tout ce qui nous faisait vivre bien ou mal jusque là, pareil pour le pétrole l'éradiquer c'est tuer tout ce qui faisait que l'on parvenait à avoir ce produit, éradiquer le diesel c'est tuer l'industrie automobile et tout  ce qui faisait vivre  ce monde, pareil pour l'essence, pareil pour la pharmacie,  l'Agriculture, le NUCLEAIRE et tutti quanti...

En regardant la conception merveilleuse d’un crayon ordinaire, la pensée m’est venue à l’esprit : je parie qu’il n’y a pas une seule personne au monde qui sait faire quelque chose d’aussi simple qu’un crayon. Si cela pouvait être démontré, il refléterait visiblement le miracle du marché et aiderait à faire clairement savoir que toutes les choses fabriquées ne sont que des manifestations d’échanges d’énergie créatrice, qui sont tous, en fait, des phénomènes spirituels.

Les leçons d’économie politique que cela pourrait enseigner!

Elle a été suivie d’une journée inoubliable à l’usine de crayons, à partir du quai de déchargement, couvrant chaque phase d’innombrables transformations et se terminant par une entrevue avec le chimiste.

Si vous aviez  conscience de ce que MOI, LE CRAYON que vous utilisez régulièrement pour vous répandre, vous raconter, vous exprimer, vous projeter, écrire  sur une feuille de papier,  entre vos doigts, devenu magique et expressif, je suis le résultat, Moi cet instrument simplissime banal, utile vous auriez aussi commencé une amitié chaleureuse avec ce personnage étonnant, MOI, LE CRAYON.!

En tant qu’écrivain à part entière, j’ai laissé LE CRAYON parler de lui-même, comme s'il était une personne :

Je suis un crayon graphite, le crayon en bois typique si connu de tous ceux qui savent lire et écrire. L’écriture est à la fois ma vocation et ma distraction; c’est tout ce que je fais.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je devrais écrire une généalogie. Pour commencer, mon histoire est intéressante. 

Personne n’imagine  lorsqu’il regarde ce morceau de bois assorti d’une mine et d’une gomme être  le résultat d’une chaîne d’opérations multiples, diverses, variées, plurielles  où  ont été coordonnées naturellement fonctionnellement et opérationnellement des ressources naturelles, de la matière grise (étude et R&D), des moyens et équipements techniques et technologiques matériels et humains, des moyens financiers, et des moyens et outils de distribution logistique, puis de commercialisation, puis de communication marketing tout cela à travers le monde entier pour arriver dans vos mains….  Et d’ailleurs, je suis un mystère: plus qu’un arbre ou un coucher de soleil ou même la foudre. Mais, malheureusement, je suis pris pour un objet , un fait par ceux qui m’utilisent, comme s’il s’agissait d’un simple incident sans dossier. Cette attitude dédaigneuse me ramène au niveau d’un lieu commun. C’est une sorte d’erreur grave dans laquelle l’humanité ne peut pas persister longtemps sans danger. Car, comme l’a fait remarquer le sage G.K. Chesterton : « Nous sortons du désir de questions, pas du désir de merveilles. »

Moi, le crayon, alors que je suis habituellement une chose simple, mérite votre stupéfaction et votre admiration. En fait, si vous parvenez à réaliser le miracle que je viens de symboliser, vous serez en mesure d’aider la liberté que malheureusement l’humanité perd progressivement. J’ai une leçon profonde à donner. Et je peux le transmettre mieux que ce qu’une voiture, un avion ou une laveuse à vaisselle pourrait faire, en raison d’être apparemment quelque chose de très simple.

Simple? Cependant, pas une seule personne sur terre ne sait comment me faire. Ça a l’air génial, n’est-ce pas ? Surtout quand on se rend compte qu’environ 500 millions d’unités comme moi sont produites aux États-Unis chaque année.

Prends-moi et regarde-moi. Que vois-tu? Vos yeux ne trouveront pas grand-chose : il y a un peu de bois, vernis, étiquette, mine de graphite, du métal et une gomme à effacer.

D’innombrables arrière-plans et fonds d’écrans pluriels et tous géniteurs de quelque partie de moi….

Tout comme vous ne pouvez pas retourner à votre arbre généalogique loin, il n’est pas non plus possible pour moi de nommer et d’expliquer tous mes prédécesseurs et/ou branches auxquelles il y a nécessairement des liens de proximité ou distanciels qui m’attachent à une source d’origine….. Mais je voudrais en suggérer suffisamment pour leur donner l’impression de la richesse et de la complexité de mon origine.

Mon arbre généalogique commence par ce qui est en fait précisément un arbre: un cèdre en fibre droite qui pousse dans le nord de la Californie et l’Oregon. Voyez maintenant tous les éléments que la tâche de couper l’arbre et de transporter les billots à la voie ferrée exige: scies, camions, cordes et beaucoup d’autres équipements. Pensez à tous les gens et aux innombrables techniques qui sont intervenues dans sa fabrication : l’extraction du minerai, l’obtention de l’acier et sa conversion en scies, arbres, moteurs; la culture du chanvre et son passage à toutes les étapes jusqu’à atteindre la corde lourde et résistante; camps de travailleurs avec leurs lits et salles à manger. Eh bien, d’innombrables milliers de personnes ont mis la main dans chaque verre de café que boivent les bûcherons!

Les grumes sont transportées dans une scierie de San Leandro, en Californie. Pouvez-vous imaginer toutes ces personnes impliquées dans la fabrication de wagons, de rails, de moteurs ferroviaires et dans l’installation de systèmes de communication? Ces légions sont à mon dossier.

Considérez les tâches effectuées à la scierie de San Leandro. Les rondins de cèdre sont coupés en petites feuilles de moins d’un quart de pouce d’épaisseur chacune. Ils sont séchés et encrés pour les mêmes raisons pour lesquelles les femmes mettent rouge sur leurs visages: les gens préfèrent que je regarde belle et non blanc pâle. Les feuilles de bois sont enfed et séchées dans un four à nouveau. Quelle connaissance est intervenue dans la fabrication de la baignoire et des fours, dans la production de chaleur, dans la lumière et l’énergie, les poulies, les moteurs, et dans toutes les choses dont l’usine a besoin? Incluons-nous ceux qui nettoient mes ancêtres? Oui, et aussi à ceux qui ont coulé du béton pour construire le barrage hydroélectrique qui fournit de l’électricité à l’usine.

N’oubliez pas les ancêtres actuels et lointains qui ont aidé à transporter 60 charges de lattes à travers le pays.

Une fois dans l’usine de crayons (4 000 000 $ en machines et bâtiments, capital accumulé par les parents et les épargnants actionnaires), chaque tablette est composée de huit côtés par une machine complexe, après quoi une autre machine met du graphite sur une autre tablette, applique de la colle et met une autre tablette sur le dessus, un sandwich au graphite, pour ainsi dire. Sept frères et moi sommes formés mécaniquement à partir de ce sandwich en bois.

Ma mine elle-même est complexe. Le graphite est extrait de Ceylan. Gardez à l’esprit les mineurs et tous ceux qui ont produit leurs divers outils et ceux qui ont produit les sacs en papier dans lesquels le graphite est transporté et à qui ils ont fait les cordes avec lesquelles les sacs sont attachés et ceux qui les ont chargés et ceux qui ont fabriqué ces navires. Même les gestionnaires de phares qui guidaient les navires et les exploitants portuaires ont participé à ma naissance.

Le graphite est mélangé à de l’argile du Mississippi dans laquelle l’hydroxyde d’ammonium est utilisé dans le processus raffiné. Par la suite, on ajoute des agents hydratants, comme le sébum sulfuré, qui est traité chimiquement la graisse animale sous forme d’acide sulfurique. Après avoir traversé de nombreuses machines, le mélange ressemble finalement à une prise de broyeur de viande, et ils deviennent coupés à la taille, séchés et cuits au four pendant plusieurs heures à une température de 1000 degrés Celsius. Pour augmenter leur force et leur douceur, les pointes sont traitées avec un mélange chaud qui comprend de la cire du Mexique, de la paraffine et des graisses hydrogénées naturelles.

Le bois de cèdre reçoit six mains d’émail. Avez-vous une idée de ce que tous les ingrédients de l’émail sont? Quelqu’un pourrait-il penser que les raffineries d’huile de castor en font partie? Eh bien, c’est vrai. Dans le même temps, le processus par lequel l’émail est atteint a une couleur jaune attrayante, implique les compétences de plus de personnes que n’importe qui pourrait jamais énumérer.

Regarde l’étiquette. Il y a un film formé en appliquant la chaleur au noir de carbone mélangé avec des résines. Comment les résines sont-elles fabriquées et qu’est-ce que le noir de carbone, pour l’amour de Dieu?

Ma petite portion de métal, l’attelle, est faite de cuivre. Pensez à tous ceux qui sont engagés dans l’extraction du zinc et du cuivre, et ceux qui connaissent les techniques pour produire des feuilles minces et brillantes avec les deux éléments naturels. Les anneaux noirs vus sur mon corps sont faits de nickel noir. Qu’est-ce que le nickel noir et comment y est-il appliqué? Donc, toute l’histoire de pourquoi le centre de mon corps n’a pas de nickel noir exigerait des pages entières pour l’expliquer.

Puis vient le temps de mon « couronnement », qui n’est pas élégamment connu dans le monde commercial comme « la laveuse », la partie que les individus utilisent pour effacer les erreurs qu’ils font avec moi. Un ingrédient appelé « factice » est ce qui constitue cette partie de moi étant. C’est un produit de caractéristiques similaires au caoutchouc, fabriqué avec une huile des Antilles néerlandaises, mélangé avec du chlorure sulfuré. Le soi-disant « caoutchouc », contrairement à l’opinion populaire, n’est utilisé que pour le pâturage. Il existe également de nombreux agents et accélérateurs vulcanisants. Par exemple, la pierre de pumiz vient d’Italie, et le pigment qui donne à la laveuse sa couleur est le sulfure de cadmium. Personne ne sait tout cela… Est-ce que quelqu’un veut maintenant contester ma prétention initiale qu’aucun individu sur Terre ne sait comment me faire?

En fait, des millions d’êtres humains ont participé à ma création, chacun ne connaît que très peu du reste. Mais il n’y a pas un seul individu parmi tous ces millions d’êtres, y compris le président de la compagnie de crayons, qui contribue à mon élaboration plus qu’une partie infinitésimale de la connaissance. La seule différence entre le mineur qui extrait du graphite au Sri Lanka et le bûcheron de l’Oregon est le genre de connaissances qu’ils possèdent tous les deux. Ni le mineur ni le bûcheron ne peuvent être mis de côté, pas plus que le produit chimique de l’usine ou le travailleur du puits de pétrole, étant la paraffine d’un dérivé du pétrole.

Voici un fait étonnant : ni le mineur qui extrait le graphite, ni ceux qui conduisent ou fabriquent les bateaux, les trains ou les camions, ni qui possède en fonctionnement la machine qui taille mes pièces métalliques, n’accomplissent leur tâche parce qu’ils m’aiment. Ils me veulent encore moins qu’un élève de première année ne peut le faire. En fait, parmi cette vaste foule, il y a quelque chose en commun, qui n’a rien à voir avec le fait qu’ils ont déjà vu un crayon ou même qu’ils savent s’ils l’utilisent ou non. Votre motivation est quelque chose qui est au-delà de ma propre existence. Chacun de ces millions de personnes observe qu’ils peuvent échanger leur petite part de connaissances sur la façon dont un crayon est produit, pour les biens et services dont ils ont besoin ou désirent, si oui ou non je peux me retrouver parmi ces biens.

Il n’y a pas d’esprit maître

Il y a même un fait plus étonnant : l’absence d’un esprit maître, de quelqu’un dicté ou forçant par la force toutes ces innombrables actions qui me permettent de prendre vie. Même la moindre trace d’un tel genre de personne ne peut pas être trouvée. Au lieu de cela, nous avons trouvé la Main invisible d’Adam Smith à l’œuvre. C’est le mystère dont je parlais au début de mon histoire.

Il a été dit que « seul Dieu peut faire un arbre ». Pourquoi sommes-nous d’accord? N’est-ce pas parce que nous nous rendons compte que nous ne pouvons pas en faire un? En fait, peut-on même décrire un arbre? Nous ne pouvons pas, sauf en termes superficiels. On peut dire, par exemple, que certaines configurations moléculaires se manifestent comme un arbre. Mais quel esprit y a-t-il parmi les hommes qui peuvent même enregistrer, et encore moins diriger, le changement constant des molécules qui transpirent dans la vie d’un arbre ? Un tel exploit est tout à fait impensable!

Moi, le crayon, je suis une combinaison complexe de miracles : arbre, zinc, cuivre, graphite, etc. Mais à tous ces miracles qui sont évidents dans la nature a été ajouté un  miracle encore plus extraordinaire: la configuration des énergies humaines créatives, des millions de petites connaissances façonnant une réponse naturelle et spontanée à un besoin et un désir humain et en l’absence de toute sorte d’esprit maître. Puisque seul Dieu peut faire un arbre, j’insiste pour que Dieu puisse me le faire. L’homme ne peut pas diriger ces millions de connaissances pour me faire exister car il ne peut pas rassembler des molécules pour créer un arbre .

Ainsi fait quand pour raison de pandémie, on exige la fermeture de commerces de détail, de commerçants, de restaurateurs et restaurants on oublie d'abord que l'on tue d'office la liberté individuelle d'entreprendre, mais encore toutes les chaînes d'opérations multiples, diverses, plurielles complexes et délicates tant elles sont nombreuses et constituent un long chemin qui se succèdent et s'interpénètrent les unes aux autres selon une coordination naturelle fonctionnellement et opérationnellement d'abord des ressources naturelles (matières premières), puis de la matière grise (etude, R&D, engéniérie), puis des moyens et equipements infrastructuraux et structuraux techniques et technologiques matériels et humains, puis  des moyens et outils de distrbution logitiques lourds et moins lourds, puis des moyens financiers, puis aussi des des moyens de communication marketing, puis d'emballages et conditionnement, puis de transport(route, ferroviaire, maritime, avion), oui tout un monde d'opérations qui concourt et permet de trouver le produit fini chez le consommateur final... Eh bien tout cela avec un chef d'orchestre invisible marche et tient, le monde entier, un pays, un continent ,debout et permet l'équilibre économique ce chacun. Ainsi fait fermer un commerce et/ou un restaurant c'est rompre la chaîne de ces équilibres fragiles et a des conséquences lourdes sur l'emploi dont on pleure tant.. Ainsi on voit que la politique idéologique écologique, même si il est important de sauver la planète, éradiquer et terroriser par une propagande malvenue les industriels de l'automobile fabricants de voitures à moteurs diésel provoquent au fil du temps une asphixie  du système industriel en place  et paralysent l'économie et le développement de l'emploi utile et nécessaire au développement humain.... Et ceci vaut pour toutes sortes de chaînes industrielles.. Voila pourquoi il faut du discernement dans toute chose.... Ecrit par GUY MORENO-8/03/2021 

Catégorie : Reflexion édité le 08 Mar 2021 à 0h37.
2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise