ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
La FONCTION CADRE est-elle pathogène et/ou pahologique

LA FONCTION CADRE EST-ELLE Pathogène et/ou Pathologique ?

_____________

 

L’Entreprise est le lieu privilégié, la Cathédrale de l’alchimie entre l’Humain, l’Argent et le Pouvoir sous toutes ses formes. Savez-vous que 71% des humains-Cadres sont anxieux, mais vivent dans le déni de l'anxiété, et que l'équilibrede psycho-physiologique de chacun d'entre nous est si fragile, si délicat, si complexe qu'il y a "juste un petit niveau" de pression qu'il ne faut jamais dépasser, si l'on ne veut pas destabiliser son capital "SANTE" à la longue....

Elle oppose aux managers et aux DRH ainsi qu’aux Dirigeants de demain,  un terrain sur lequel les paris ne sont jamais gagnés d’avance et où le « psyché » et le « soma » devront être présents et intégrés au bilan social et à une véritable gestion moderne des Ressources Humaines.
Nous parlons tous de Santé, de Management, de Stress, et surtout de vouloir sauvegarder l’Homme et son intégrité, ressource et richesse capitale de l’entreprise. Mais nous n'en sommes qu'à l'imprécation, à l'incantation...Sinon la situation, l'identité, la place de l'HOMME, que Chacun baptise RESSOURCE HUMAINE/CAPITAL HUMAIN  serait autrement vécue et gérée et employée...et cela se saurait!!!
Nous nous préoccupons et trouvons anormal les déficits de la Sécurité Sociale, de l’Assurance Maladie avec un courroux justifié, et un accent de sincérité, plus ou moins digne d'un spectacle  de"stand up", tout en rejetant sur le système et les institutions (médecins, ministères, gouvernement, la société(dont nous oublions toujours que nous en faisons partie intégrante...) et sur ceux qui en bénéficient, le poids de notre responsabilité commune.

Nous accusons : ¤- la route  de tuer (et pourtant nous payons des impôts pour les coûteux équipements infra structuraux et malgré les lois sur limitation  de vitesse, code de la route etc.) , ¤- le Train , TGV et la SNCF de dysfonctionnements mécaniques et électroniques (là aussi malgré tout ce qui est fait pour la sécurité des personnes), ¤- l’avion de s’écraser  et/ou de se scratcher ( là encore malgré tout ce qui permet la sécurité et le confort des personnes), ¤- les industriels de l’alcool de pousser à la consommation,¤- ceux du tabac de fabriquer des cancéreux et des toxicomanes et de développer l'addiction, ¤- notre société de  ghettoïser et de fabriquer des banlieues hostiles et engendrer des quartiers de non-droit, tout en négligeant, oubliant, occultant , baignant dans le déni constant de Notre propre Responsabilité en la matière.

Dans tous ces phénomènes, il y a la main, le cœur, l’intelligence ou la sottise de l’Homme, les pulsions créatrices ou destructrice de l’Homme.

A-t-on imaginé combien de morts vivants, de suicides sociaux réels ou fictifs, d’infirmes mentaux ou                                   psychomoteurs, de malades authentiques ou bien aussi imaginaires , l’Entreprise, (et notre Société, c'est-à-dire NOUS ) produit, fabrique tous les jours ? Ne doit-on pas poser une grande question à nos esprits savants et nos cerveaux éclairés : est-ce l’Entreprise qui est auteur ou responsable de la « maladie sociale » de l’Homme ? ou n’est-ce pas le fait de l’Homme seul du fait de sa personnalité propre et de son hérédité, sa "carte" génétique ? Vraisemblablement les deux.
En effet, l’homme hérite de certaines capacités et caractéristique : son hérédité détermine dans une large mesure le futur cadre de son développement basique, puisqu’il naît grand ou petit, intelligent ou borné ou sot, avec des seuils de perceptions sensorielles différents. Chacun se distingue d’un autre individu par sa combinaison de dons et de talents et par la façon dont il s’en sert pour faire face aux pressions extérieures de la vie. Ainsi les facteurs héréditaires influents sur le comportement général de l’Homme, ils n’ont que peu d’effets directs sur sa conduite personnelle.
En outre, la période importante durant laquelle l’enfant est sous la dépendance de ses parents est un autre facteur dont le rôle est capital sur le comportement de l’individu.
L’Homme est le théâtre de forces multiples qui lui dictent sa conduite et qu’il s’efforce de contrôler du mieux qu’il peut. Tout changement de comportement d’un sujet présuppose un changement de rapport de force.
La pièce maîtresse du Moi et de la Personnalité est "l’Amour" dans son acception la plus large (Estime, reconnaissance,  confiance, identité, amitié, individualité, etc.) et son corollaire la "peur de l'échec du désamour"...

En 2001 et 2009, et 2012 , à partir, d’une part, de différents audits humains, de mise en œuvre de système d’évaluation de l’employabilité des Hommes, d’accompagnement dans le repositionnement et le redéploiement social et personnel, et d’autre part de mise en œuvre d’organigramme, de redéfinition et de recentrage des Hommes dans ces nouvelles organisations, et en collaboration avec L’usine Nouvelle et la SOFRES…… nous avons procédé à une étude  sur l’Anxiété des Cadres en se préoccupant aussi de l’adéquation HOMME / JOB / ENVIRONNEMENT sur une population de 2550 cadres moyens et supérieurs (hommes et femmes âgés de 28 à 57ans et autodidactes et Bac +2,3,4,5,), que nous avons aussi comparé à partir d'études et de baromètres divers venant des organismes divers institutionnels ou autres( APEC, pôle emploi, INSEE,  bureau du travail etc.) afin de voir s'il y avait ou non des différences en rapport à notre situation actuelle...Eh bien non!

Ce qui veut dire que notre "disque dur" mental et social cultive depuis des lustres le scepticisme, le fatalisme, le mal-être, le pessimisme, la peur, la crainte etc.

1913, soit 85% d’entre eux, souffraient de difficulté de vie de couple amenant à des conséquences personnelles et familiales dont les plus significatives : -- Difficultés relationnelles issues de changement et de l’évolution des rôles et fonctions Homme / Femme,-- Absence de soutien du conjoint,-- Différence des origines sociales des époux,-- Education des enfants--Divorce, séparation,-- Décès d’un parent important.
* 1305, soit 58% d’entre eux, sont confrontés à des traumatismes socioprofessionnels.
* Le total est supérieur à 2250 personnes car des conséquences peuvent se cumuler.
Donc, 58% de la population examinée va conséquemment éprouver des difficultés personnelles plus ou moins graves.
* Elles se concrétisent ainsi :--70% de ces 1305 cadres sont victimes ou souffrent d’insatisfactions professionnelles sans gravité ou passagères---,20% sont victimes ou souffrent de recul professionnel--10% sont victimes de démission ou licenciement, échec professionnel….Ce qui laisse entendre que si pour 70%, aucune conséquence fâcheuse n’est intervenue à moyen terme, pour les 30% leur avenir professionnel est gravement mis en péril.

Quant à l’entreprise, elle est perdante dans tous les cas car il s’ensuit : --¤ Une baisse substantielle d’efficacité, --¤ Nécessité de réorganisation des services,--¤ Rupture d’équilibre, --¤ Fuite de mémoire d’entreprise et du savoir- faire, --¤ « Angoisse de mort »,-- Difficulté de réembauche, --¤ Autodestruction Recroqueville ment, --¤ Changement de structure, --¤ Style managérial modifié (concurrence, compétition, excellence), --¤ Ambiance et relations mauvaises,  --¤ Promotion ou mutation non préparée, --¤ Augmentation ou changement de responsabilité perçue comme un piège,  --¤ Changement de système d’objectifs, d’évaluation, --¤ Mobilité, disponibilité imposée, --¤ Plan social mal fait etc...

Le stress et l’anxiété se traduisent par des troubles fonctionnels et somatiques divers ; --* 35% souffrent de troubles digestifs (boule à l’estomac) ulcération ou ulcère à l’estomac ou duodénum, inflammation du colon, constipation, diarrhée., --* 25% de céphalées, vertiges, migraines, --* 15% de palpitations, douleurs précordiales (douleurs cage thoracique, angine de poitrine, infarctus, impression d’oppression, etc.), --* 15% de douleurs dorsales ou difficultés respiratoires (asthme, emphysème, bronchite chronique, sinusite chronique, etc.), --* 10% de gène urinaire, ou prurit de localisations diverses, eczéma.
Ces troubles fonctionnels sont la traduction à travers le corps de souffrances psychiques. La somatisation est un appel l’aide et un moyen de communication.
On peut établir une comparaison entre l’homme et l’entreprise et voir aussi combien celle-ci "somatise" selon son climat interne, et sous quels symptômes elle traduit son mal de vivre : --* Taux de syndicalisation, --* Taux d’absentéisme, --* Grève protéiforme, -- Laxisme, démotivation, --* Taux de rebut élevé/coût de non qualité, --* Manque de consensus, --* Taux d’accident de travail.

La santé des personnes qui composent une entreprise n’est pas indépendante des modes de management. L’entreprise a une influence sur la santé des individus, et réciproquement, celle-ci conditionne le fonctionnement de l’entreprise.
Ceci étant, il ne faut pas pour autant établir le raccourci d'accuser l'"Entreprise de "tuer et/ou de pousser au suicide l'Homme", car elle n'est que le lieu ou l'endroit qui interagit sur... et devient ou est un accélérateur d'action et de réaction et/ou facteur déclenchant et qui met à mal les plus fragiles et les plus vulnérables d'entre nous.
Les conduites et les postures managériales veulent ignorer la structure affective de l'Individu pour ne traiter et ne voir que l''individu/ travail ou professionnel, grâce à la confusion entretenue depuis des décennies entre l'homme/privé et l'homme/ social...
                                       Occultant le fait que l'humain est unique et indissociable et indivisible.
Voulant nier cette  évidence que chacun d'entre nous projette (vient projeter) ses problématiques diverses( réglées et non solutionnées de tous temps) dans l'entreprise et/ou dans sa fonction )  qui sont l'objet de son image perso et sociale, et ce, quelle que soit sa volonté de vouloir différer l'expression de sa difficulté d'être et/ou de mal-être ou séparer, et seulement apparemment, le comportement privé du professionnel..
Donc l'entreprise devient de fait une sorte de volcan qui réveille et  n'est qu'un détonateur dont les déterminants sont souvent sinon toujours ailleurs... et toujours  en NOUS, hélas!
Cela n'exonère en rien l'entreprise de son vrai et grand métier "gérer les Ressources Humaines au sens total et plein du terme", car nier la structure AFFECTIVE de l'ENTREPRISE, donc HUMAINE c'est nier l'HOMME TOUT SIMPLEMENT

 Il nous faut raison garder et se rendre à l’évidence compte que notre Ego surdimensionné nous pousse parfois à exercer des fonctions et/ou des statuts qui ne nous conviennent pas, qui ne nous ressemblent pas et que personne ne nous met pas un revolver sur la tempe pour faire et/ou accepter une mission, un job…

Souvent nous jouons notre équilibre, notre bien-être, notre sérénité à la roulette russe… Mais un jour nous sommes rattrapés.
Oh! je sais combien ce que je dis peut choquer les "consciences", car c'est plus facile de chercher un bouc-émissaire, et de se vivre en victime des autres et des évènements, et des circonstances,  de la socièté,  voire pleins d'autres belles rationalisations, justifications, alibis, excuses, raisons etc...

Je terminerais par dire qu’il nous faut rester humble et modeste.. Et mieux vaut un petit chez soi, qu’un grand chez les autres... Guy MORENO - Clinicien d'Entreprise.

 

Catégorie : Reflexion édité le 26 Nov 2013 à 12h06.
Pas de commentaire.
Ajouter un commentaire





Je confirme ne pas être un robot

2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise