ANALYSIS MENTOR
Guy Moreno
« Une Vision Clinique du monde des Humains et de L’entreprise »
VIEUX/JEUNE QUE SIGNIFIE-T-IL DE NOS JOURS ? POURQUOI NOUS DESAIMER « VIEUX »….ET NOUS SUBLIMER «JEUNE » !!!!

« On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années ; on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal. Les années rident la peau : renoncer à son idéal ride l'âme. (Général Mac Arthur)

Je lisais un mail envoyé par un de mes correspondants sur l’âge » depuis 70 ans et plus » ; et tout en lisant, je ne pouvais taire les réflexions que je me faisais personnellement en regardant mon rétroviseur et investiguant le chemin parcouru sur 81 ans de vie, d’abord enfant /ado-jeune adulte en Algérie (0-24ans), puis adulte- pleine maturité (25-55 ans) rapatrié d’Algérie et créateur d’entreprise, puis señor-Personne âgée-vieux-retraité (55-81 ans) et bien sûr tout du long chemin de vie d’abord enfant, puis ado, puis jeune adulte, puis frère, puis mari, puis père, puis cadre salarié, puis chef d’entreprise, puis transmetteur d’entreprise, puis retraité actif…une vie de labeur et d’engagement personnelle économiquement, socialement, politiquement. Rien d’exceptionnel en soi, mais ayant rencontré, vécu, appris à tous les niveaux cette éternelle et chronique différence, somme toute naturelle, des ressources et relations humaines entre 2 générations dont l’âge chronologique et biologique fait que l’on dénomme l’une » Jeune », la seconde « Vieille/Señor/Personne âgée/Vieux » (selon que…), que l’on oppose stupidement, créant ainsi des « guerres de religion » non reconnues ou injustes et injustifiées. On développe des situations délétères ambiantes et dépourvues d’efficacité et d’efficience…..Ainsi je vous fais partager ce mail pour le moins incongru(selon moi bien sûr) et déplacé , d’un auteur inconnu ( bien entendu en cavalier masqué on peut tout se permettre, c’est comme les cagoulés délinquants) qui suit ci-après :

<<« HUMOUR ou constat cruel ? Ce n’est pas marrant d’avoir 70 ans ! et plus …. À 70 ans, on ne peut rien dire, on ne peut rien faire, sans risquer de se faire rabrouer. Ne dites jamais que vous vous sentez fatigué, on vous répondrait : c’est normal à votre âge. Ne dites pas davantage que vous vous sentez en forme, on ne vous croirait pas, on dirait que vous plastronnez. Si vous ne faites rien, on dira : il faut vous occuper, vous allez vous encroûter si vous entreprenez un travail qui vous plaît, on dira : laissez donc, ce n’est plus de votre âge. Ce n’est pas marrant, assurément d’avoir 70 ans. À 70 ans, on doit tout supporter, sans rien dire : Les enfants qui braillent et qui cassent tout : c’est de la jeunesse qui vit Les beuglantes et les transistors des adultes : c’est de leur âge, il faut bien qu’ils se défoulent (n’insinuez pas que de votre temps on se défoulait autrement, on vous lancerait des yeux de furibonds)…. Les idioties et les navets de la télé : il en faut pour tous les goûts (les vôtres étant exclus, bien entendu)Ce n’est pas marrant, assurément, d’avoir 70 ans.

Ne discutez jamais avec un automobiliste, même s’il vous fait la pire des entourloupettes ; il vous dira rageur : à votre âge, on reste chez soi où on va à pied.

Si à un stop, vous tardez à démarrer, votre jeune voisin pressé vous lancera : "Alors pépé, on fait la sieste" ? (ce n’est pas méchant, mais c’est vexant). Ce n’est pas marrant assurément d’avoir 70 ans.

Dans les maisons où vous êtes reçu, on vous réserve le fauteuil le plus moelleux : « » mettez-vous là, vous serez bien mieux », comme si à 70 ans, on ne pouvait plus poser son derrière sur le siège de tout le monde.

Si quelqu’un apprend que vous avez 70 ans, il se précipitera chez vous : alors ! « Vous avez 70 ans, vous ne les paraissez pas, vous les portez bien » Qu’en sait-il ? Si vous annoncez le décès d’un ami qui comme vous, a 70 ans, on dira : « c’est un bel âge ». Vous êtes prévenu, vous connaissez votre oraison funèbre. Avant de raconter une histoire, cherchez à vous rappeler si vous ne l’avez pas déjà dite devant le même auditoire. Sinon quelqu’un vous dira : « » on la connaît votre histoire, vous l’avez déjà racontée et l’un de vos petits enfants ajoutera peut-être : “Pépé tu commences à radoter”. En société, parlez le moins possible, évitez toute discussion, ne cherchez surtout pas à convaincre, il est entendu, c’est certain, que vous n’êtes plus dans le coup, que vous n’y connaissez rien. Ne dites pas que vous rentrez dans votre 10 ème-15ème année de retraite, il se trouvera quelqu’un pour dire : “vous coûtez cher à l’Etat ”. C’est pas marrant, assurément d’avoir 70 ans et plus. C’est pas marrant, assurément d’avoir 70 ans et plus. «

Alors que dire sans paraître, aux yeux du lecteur qui qu’il soit, quelque peu susceptible, manquant de sens de dérision, d’humour, être incapable de relativiser, voire faire ce haussement d’épaule qui signifie » ce n’est pas grave », ou « à quoi bon en faire une caisse » lorsque l’on voit de visu et in vivo de façon chronique cette guerre des mots qui socialement chuinte chroniquement et encore plus ces dernières années de crise politique et sociale agitée sous le volcan économique en fusion prêt à l’éruption….

S’il est vrai qu’avoir 70 ans d’âge n’est ni marrant ni « bandant » (pour beaucoup c’est même le cas de le dire !) après avoir vécu l’époque où l’on nous appelait D’abord « vieux parents », puis »le 3eme âge » « nos anciens », puis les « vieux », puis señor et tant d’autres dénominations plus ou moins gratifiantes pour les auteurs de nos chères progénitures quelles qu’elles soient, ce qui me désole le plus, c’est que grâce à la culture, le fait d’avoir cette merveilleuse opportunité de s’instruire en allant à l’école, puis le collège, puis l’Université et/ou autre, et de faire évoluer les modes d’éducation, d’avoir , comme l’on dit toujours rendu les gens » intelligent » pour mieux élever des enfants, et socialement évoluer, puis de travailler pour gagner sa vie, grandir socialement, servir notre société, puis enfin « Mériter » une retraite en regardant s’épanouir les siens et leur laisser un héritage petit ou grand selon que …. nous avons certes élever des enfants qui ont appris à vivre et/ou survivre en ayant souvent, n’en déplaise à quiconque, fait l’impasse et/ou baisser la garde sur les principes et règles d’éducation afin de leur rendre la vie sociale moins dure et pénible sur certains points de radicalité que nous avions reçu de nos propres parents( je parle de ma génération 39/40) et cela fut encore plus vrai avec nos enfants et les leurs. Les mœurs sociales ayant grandement transformé notre société telle, la famille éclatée, le mariage rejeté, le travail éclaté, l’émancipation complète de la femme du point de vue de sa condition de femme, son indépendance conjugale et matrimoniale, la révolution contraceptuelle et liberté du corps de la femme (Simone Weil), les conditions et le rapport au travail transformés (même si tout est imparfait encore), l’évolution de la médecine et de la santé enfin tout cela et le reste de notre vie confronté au choc de la globalisation, mondialisation a fait que nous vivons dans un monde de l’immédiateté, du court termisme, de la sur consommation, dans lequel nous avons laissé loin ce qui à une certaine époque représentait des signes et repères forts tel que la foi (pas seulement citoyenne et/ou civique), l’espoir, l’envie d’en découdre, le sens patriotique (sans y voir dans le mot une malveillance de fascisme, d’extrême droit ou gauche) le sens de l’honneur, celui de son Drapeau National, de la Patrie (La France), la fierté d’être français pas seulement dans le sport et/ou sur un Terrain de foot ou de rugby, basket ou autre…Oui nous sommes dans le déni total de notre difficulté à refuser cette démission de notre responsabilité d’éducateur rigoureux Et nous pleurons sur une société dont nous avons été, et sommes les acteurs au point que presque tout le monde pense plus avoir »LE DROIT DE…. Que le DEVOIR DE….

Ainsi même la chanson le chante… Maxime le Forestier disait ; "on choisit pas ses parents on choisit pas sa famille/ On choisit pas non plus les trottoirs de Manille/ De Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher/ Être né quelque part/ Être né quelque part, pour celui qui est né/C'est toujours un hasard » 

Par contre nous , géniteurs de nos enfants, choisit-on l’enfant que nous créons ? Non plus…

Mais Nous choisissons d'instinct et par désir de plaisir certes le moment de bonheur fusionnel qui produira cette merveilleuse petite créature qui deviendra et sera la preuve d’un amour partagé peu ou prou mais qui sera….l’incarnation d’une fusion de 2 êtres…

Hier, nous travaillions pour avoir si possible une retraite méritée, aujourd’hui nous sommes presque considérés comme des « rentiers » profiteurs et bouches inutiles, mais néanmoins nécessaires à la survie de l’espèce, mais encombrantes aussi… Nous avons appris sans s’en rendre compte, autant que nous devrions, et/ou aurions dû le faire, à se délier de ces liens invisibles et forts qui faisaient « famille » et qui étaient et sont indestructibles… Nous avons grâce et/ou à cause d’une mauvaise culture et lecture psychanalytique « d’hypermarché » produit et développé une éducation sous-traitée, progrés et modernisme obligent, à des substituts divers dont CES PARENTS (démissionnaires de leur vrais rôle et fonction d’éducateur) d’ailleurs ne sont que des « animateurs de centre aérés »… Parce qu’ils travaillent tous 2 et n’ont guère le temps d’éduquer….Ainsi fait on a créé des fonctions/emplois, nourrices, aide-maternelle, crèches et centres aérés… et sans oublier bien sûr les grands parents en dernier recours…. Ainsi fait, on a éliminé, exfiltré, évacué hors foyer la maladie vers l’extérieur, la vieillesse dans les maisons de retraites, et les maisons médicalisées pour la vieillesse dépendante, les EPHAD maintenant, puis enfin la mort dans les funérariums, et enfin la crémation /incinération…

Aujourd’hui 70 ans est du fait des progrés de la médecine presque l’équivalent de ce que nous étions vers 50/60ans…J’ai 81ans et si je suis encore vaillant et plus ou moins solide selon quelques moments d’arthrose, je vais en salle m’entretenir physiquement et musculairement et étonne mon voisinage dont je vois de visu les méfaits de l’âge sur eux, car souvent je fais plus jeune qu’eux et/ou plus solide qu’eux qu’ils soient plus jeunes et/ou des mêmes âges… Je vois aussi des gens de 90 ans et plus être vaillants et complètement indépendants alors que leurs semblables sont un peu plus fragiles et vulnérables…… Mais ça c’est selon nos génétiques personnelles ….(GUY MORENO Clinicien d'Entreprise, 5/07/20)

Un texte du Général Mac Arthur m’a séduit sur l’âge et ses vertus quand on regarde la vie avec les yeux gourmands et brillants de plaisir de vivre…


Catégorie : Reflexion édité le 05 Jul 2020 à 9h09.
Pas de commentaire.
Ajouter un commentaire





Je confirme ne pas être un robot

2013 - Analysis Mentor - Guy Moreno - contact - site développé par Gamezity Dev - Créer une entreprise